Camille Lecointre - Aloïse Retornaz
L'absence de championnats durant l'été en raison de la situation sanitaire a contraint les responsables fédéraux à reprogrammer la saison estivale. Les entraîneurs de la série 470 ont choisi d'organiser deux regroupements à l'ENVSN entre juin et juillet, dans le cadre du dispositif Académie 2024.

La seconde session d'entraînement s'est déroulée du 2 au 12 juillet. Cette fois, les jeunes méditerranéens ont rejoint les coureurs de la façade atlantique, accompagnés de Jean-Philippe Coin, entraîneur au pôle France voile de Marseille, qui co-encadre le stage avec Nicolas Le Berre du pôle France voile de Brest et Philippe Boudgourd, responsable de l'équipe de France jeunes. Gildas Philippe, entraîneur national des 470 était également présent avec l'équipage féminin sélectionné aux Jeux Olympiques de Tokyo, Camille Lecointre et Aloïse Retornaz.

S'entraîner avec les championnes, une vraie plus-value pour le groupe

Tous les niveaux étaient représentés dans ce stage, des coureurs de "première année" aux plus confirmés (de 17 à 30 ans) : groupe relève, groupe cible et équipe de France, perpétuant une tradition de transmission entre générations, bien ancrée dans cette série. Didier Bernard, ancien entraîneur de la série, du pôle France voile de La Rochelle, aujourd'hui retraité, est même venu les saluer en cours de stage.

La prochaine compétition pour la série est annoncée fin août, il s'agit du championnat du monde juniors qui se déroulera à Gdynia (Pologne) du 22 au 29 août. La classe internationale y délivrera le titre européen si la représentativé mondiale ne peut être assurée, en raisons de l'absence prévisible de nombreuses délégations.

Si tout va bien, ce championnat sera suivi du Championnat du monde du 2 au 10 octobre à Palma, là encore, un combo Championnat d'Europe/Championnat du monde est prévu.

quatre mois qu'on navigue à vue

Pas facile le travail des entraîneurs en 2020: un calendrier chamboulé, une réglementation sanitaire qui a d'abord interdit la navigation en double, nécessitant d'inventer et de se réorganiser. "Venir s'entraîner à l'ENVSN est une solution simple et sécurisante : être confiné dans l'ENV, c'est le bon endroit avec un super plan d'eau et toutes les facilités sur place..."

L'objectif de ces 2 stages est de préparer progressivement les athlètes aux prochaines compétitions: 

-1er bloc : "rééducation" à la navigation car ils n'avaient pas navigué depuis longtemps

-2ème bloc : reprendre l'entraînement et la compétition à haute intensité; "on met de l'intensité, de l'adversité, du rythme dans les séances et la préparation physique pour rattraper le temps perdu au printemps."

Les sportifs ont subi une batterie de tests physiques avec la mise en place d'un nouveau protocole, qui mêle observation et confrontation des points de vue du coureur et de l'équipe autour d'une discussion approfondie. Un groupe formé d'une kiné, de préparateurs physiques et d'entraîneurs a observé comment les coureurs sont organisés physiquement, afin de repérer des déséquilibres, d'éventuels problèmes de mobilité articulaire ou des pathologies.

Un autre axe de travail s'est fait avec la cellule performance de l'engin (Yves Clouet et Paul Iachkine) : l'utilisation de centrales inertielles couplée avec des images de drone, des enregistrements des échanges à bord grâce à des micros HF portés par l'équipage ont permis d'alimenter les briefings quotidiens.

Conclusion des Marins de l'année 2019 : "Super dynamique toute la semaine avec la team française 470 ! On a encore enchaîné les heures de navigation en travaillant la communication et le vent arrière".

470 à Houat
Et pour finir, comme lors du premier stage (mais à Belle-Ile), un raid à Houat, toujours aussi magique.