Actualités

Colloque des directeurs de course au large

20200114 135921
En ce début d'année, l'ENVSN a accueilli le colloque des directeurs de course, organisé par la FFVoile. Pour nous parler de cet événement assez rare (tous les deux ans seulement), nous avons interviewé Henry Bacchini, vice-président délégué de la fédération et Christian Le Pape, directeur du pôle course au large de Port-la-Forêt, organisateurs de ce regroupement, en charge de la commission "course au large".

Les objectifs dU colloque

HB : Les premiers directeurs de course sont entrés en fonction vers 1995-1996, la fédération s'est aperçue qu'il y avait besoin de légiférer, de formaliser certaines règles dans le domaine de la course au large, ce qui a donné lieu à la création de la commission "course au large" en 2006. Depuis, tous les deux ans, on fait un bilan qui permet à la fois de se "rafraîchir" les idées et de s'adapter à l'évolution des techniques. Les bateaux changent, les dispositifs de surveillance et de sécurité évoluent, on se remet à niveau et c'est aussi un grand moment d'échanges entre les directeurs de course.

CLP : On a un programme équilibré : des interventions "magistrales" avec des experts de différents domaines: météo, médical, réglementation et des moments de discussion sur les aspects opérationnels des compétitions entre les directeurs de course.

Découvrir le programme :

Les 15 directeurs de course habilités par la fédération sont présents ainsi que leurs adjoints (environ 10) qui sont invités pour la première fois au colloque. On trouve parmi eux Jacques Caraës, (directeur de course du Vendée Globe et de la Route du Rhum), Francis Le Goff (Transat Jacques Vabre, Solitaire du Figaro), Denis Hugues (Minitransat), Christophe Gaumont (Tour Voile, Spi Ouest-France).

Le rôle de la FFVoile dans la course au large, le modèle français

Le rôle de la FFVoile est défini par la loi. En tant que fédération délégataire, elle a deux obligations :

-La représentation internationale de la France : sélectionner les athlètes dans les grandes épreuves telles que les Jeux Olympiques

-L'organisation d'un calendrier sportif d'épreuves aussi bien de kiteboard que de course au large. C'est donc dans ce cadre que la FFVoile établit avec les différentes classes (Imoca, Ultimes, Figaro, mini...) le calendrier et l'organisation des courses au large.

L'organisation comprend notamment le règlement sportif et la sécurité. Autrefois, l'administration des Affaires Maritimes était chargée de la vérification de la conformité des bateaux sur le plan de la sécurité. Aujourd'hui, cette tâche incombe à la fédération, qui a créé une nouvelle discipline d'arbitrage: le contrôle d'équipements de course au large.

HB : La France a une organisation particulière qui sert de modèle au sein de la fédération internationale (World sailing), on est en avance en structuration par rapport à d'autres fédérations, notamment sur l'organisation de course en double et en solitaire. Le modèle français a été copié par les espagnols pour l'organisation de la Barcelona World race. L'arrivée de la course au large aux Jeux Olympiques va certainement faire évoluer les choses au sein de World sailing.

Le rôle du directeur de course

Le directeur de course est recruté et rémunéré par l'organisateur de la course parmi les personnes listées par la FFVoile. Le directeur de course exerce en pleine responsabilité, il est l'interlocuteur des organisateurs, des autorités maritimes et de la fédération. cf site de la FFVoile

La présence d'un directeur de course est exigée pour toutes les compétitions représentant un certain niveau de risque ou qui se disputent en équipage réduit, solitaire ou double...ce qui représente 30 épreuves sur les 7600 du calendrier fédéral.

Selon la nature des compétitions, leur durée, leur parcours, le type de bateaux utilisés, la difficulté et les conditions prévisionnelles de déroulement, les compétitions nécessitant la présence d’un directeur de course au large sont classées en type « A » ou « B ». Les compétitions de type « A » sont généralement des compétitions de course au large, en équipage ou en solitaire, pendant la durée desquelles les bateaux sont en autonomie totale pour une ou plusieurs périodes de plusieurs jours, sans possibilité pour le directeur de course au large d’assurer une surveillance visuelle ou d’organiser une assistance rapide. Les compétitions de type « B » sont des compétitions de nature complexe ou spécifiques, au large ou côtières, au cours desquelles les bateaux ne sont pas en autonomie totale et peuvent faire l’objet d’une surveillance visuelle ou d’une assistance rapide. (extrait du règlement fédéral)

Jusqu'en 1995, cette fonction était exercée par un arbitre fédéral qui était le président du comité de course, et qui assurait les deux rôles. La majorité des arbitres étant bénévoles, la fédération a décidé de ne pas faire porter trop de responsabilité à ces bénévoles qui donnent le départ, jugent les arrivées, comme c'est prévu dans les règles de la fédération internationale. La sécurité et le suivi des navires sont dorénavant placés sous la responsabilité de la direction de course, qui peut notamment déclencher des opérations de secours. Le directeur de course reste sous l'autorité de la fédération, sur laquelle il peut s'appuyer en cas de besoin.

HB : Un bon directeur de course échange avec le président du comité de course, le président du jury. La dérive potentielle, ce serait que ce soit le sponsor, l'organisateur ou le maire de la ville de départ qui prenne les décisions, le contrôle de la course, alors qu'ils ne sont pas dans l'organisation sportive.

CLP : C'est cette indépendance du directeur de course que l'on recherche. Si jamais on n'a pas les garanties que des décisions qu'il a pu prendre ne l'ont pas été en toute indépendance, objectivité et cohérence, il risque de perdre son habilitation. La fédération n'est pas du tout dépendante des sponsors, des écuries ou des skippers, même les plus emblématiques. Son rôle se résume ainsi : préparation, organisation et suivi de la compétition pour laquelle il est habilité, il a toute les responsabilités. Si jamais on considère qu'il ne les a prises, qu'il a commis des erreurs ou des négligences, on peut lui enlever son habilitation.

Un profil particulier

Le directeur de course est le plus souvent animé par la passion de sa discipline. Il doit avoir des compétences particulières, faire preuve d’altruisme, avoir du charisme. Il s’agit pour la plupart d'anciens bons marins qui ont la volonté de partager. 

A suivre, l’interview de Jacques Caraës qui réunit, sans nul doute, toutes ces qualités.

 

 

 

 

#50ans - 2009, BPJEPS surf promo n°1

surf promo 2009#50ans 🎂

En 2009, l'École Nationale de Voile et des Sports Nautiques a la chance d’accueillir sa 1ère promo du BPJEPS surf, mis en place en partenariat avec le CREPS de Bordeaux, coordonné par Stephane Corbinien, actuel directeur des équipes de France de la Fédération Française de Surf.
Pour encadrer cette nouvelle formation, l'équipe des formateurs de l’ENVSN (Pascale Bouton, Michel Parratte, Christophe Lino, André Zeitler) est renforcée par des professionnels du surf breton, Ronan Chatain, David Noirrit, Stéphane Ibarbour, Glenn Bonneau (Ligue de Bretagne de Surf) et Jean-Paul Destenave (FFSurf).
Certains stagiaires de cette promo sont toujours actifs dans notre réseau, Guillaume Barbier et Jesse Jeannol ont intégré l’équipe de formateurs-tuteurs surf.

🥳Profitons du week-end des 6 et 7 juin prochains pour nous retrouver à la fête des 50 ans de l’ENVSN autour de moments festifs et du contest des moniteurs organisé pour l’occasion. La promo n°1 saura-t-elle relever le défi et constituer une équipe ?

📽Partagez vos souvenirs, photos, vidéos…à l’adresse suivante : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

LES RDV DES ACTEURS DU NAUTISME

RDV des acteurs couv evenement
Ne manquez pas les 3 sessions de formation à destination des professionnels du nautisme de la communauté de communes Auray-Quiberon terre atlantique (AQTA) :

29 et 30 janvier : STRATEGIE DE COMMUNICATION

Mardi 24 et mercredi 25 mars : CONCEPTION ET CONDUITE DE PROJET

Jeudi 26 mars : COMMUNIQUER ET CONVAINCRE

Vous pouvez vous inscrire à 1, 2 ou 3 seéquences de formation. Elles sont gratuites pour les acteurs nautiques du territoire d'AQTA.

Pour les autres, il est possible de s'inscrire :

Stratégie de communication

Conception et conduite de projet

Communiquer et convaincre

Du carbone à l'or olympique

Logo du PPRCadeau de Noël

Nous avons appris juste avant la fermeture pour les vacances de fin d'année que le projet déposé à l'Agence Nationale de la Recherche  "Du Carbone à l’Or Olympique" avait été retenu et serait doté de la somme de 1 679 314€.

Paris le 19 décembre 2019 - Frédérique VIDAL, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, Roxana MARACINEANU, ministre des Sports et Guillaume BOUDY, secrétaire général pour l’investissement, annoncent les 6 lauréats du premier appel à projets de recherche « Sport de très haute performance ».

Ce projet cherchera à proposer aux athlètes de voile olympique les moyens d’optimiser le matériel et son adéquation avec le sportif dans des conditions de courses déterminées (défi 4). Il est porté par Marc FERMIGIER de l’ESPCI Paris et associe la Fédération Française de Voile.
Notre collègue, Paul Iachkine, fait partie de l'équipe, tout comme Jacques Saury de l'Université de Nantes (et ancien collègue).

Un programme prioritaire de recherche en vue de Paris 2024

L’appel à projets « Sport de très haute performance » est un Programme Prioritaire de Recherche (PPR) en vue de Paris 2024 qui mobilise la communauté scientifique pour répondre aux besoins des sportifs de haut niveau afin d’atteindre la plus haute performance. Doté de 20 millions d’euros, il est financé par le Programme d’investissements d’avenir. L’objectif de cet appel à projets est de financer des travaux de recherche appliquée transposables dans la préparation des sportifs français pour l’échéance de 2024. Les projets proposés devaient donc associer des équipes de recherche reconnues dans leur domaine et des fédérations sportives afin d’accompagner les meilleurs athlètes français vers la haute performance.
Pour cette première vague, le jury a examiné 26 dossiers sur des critères de qualité scientifique, d’innovation mais aussi sur leur potentiel en matière de retombées sportives. Il a proposé de retenir et de financer 6 projets qui couvrent neuf défis, parmi lesquels six de manière prioritaire : prévention et traitement des facteurs de risques, cognition et préparation mentale, interactions athlète-matériel et optimisation du matériel, apprentissage et optimisation du geste sportif, quantification des charges d’entraînement, spécificité du domaine paralympique.
Lire le communiqué

Sous-catégories

Ecole Nationale de Voile et des Sports Nautiques
Beg Rohu
56510 Saint-Pierre Quiberon
Tel: 02-97-30-30-30  |  Fax: 09-72-52-56-98

Paramétrages de cookies

×

Cookies fonctionnels

Ce site utilise des cookies pour assurer son bon fonctionnement et ne peuvent pas être désactivés de nos systèmes. Nous ne les utilisons pas à des fins publicitaires. Si ces cookies sont bloqués, certaines parties du site ne pourront pas fonctionner.

Mesure d'audience

Ce site utilise des cookies de mesure et d’analyse d’audience, tels que Google Analytics et Google Ads, afin d’évaluer et d’améliorer notre site internet.

Contenus interactifs

Ce site utilise des composants tiers, tels que ReCAPTCHA, Google Maps, MailChimp ou Calameo, qui peuvent déposer des cookies sur votre machine. Si vous décider de bloquer un composant, le contenu ne s’affichera pas

Réseaux sociaux/Vidéos

Des plug-ins de réseaux sociaux et de vidéos, qui exploitent des cookies, sont présents sur ce site web. Ils permettent d’améliorer la convivialité et la promotion du site grâce à différentes interactions sociales.

Autres cookies

Ce CMS Joomla utilise un certain nombre de cookies pour gérer par exemple les sessions utilisateurs.