Actualités

Des élèves de l'ENSAM en formation à l'ENVSN

ENSAM
L’ENVSN a reçu cette semaine 9 élèves administrateurs des Affaires Maritimes et 4 ingénieurs des travaux publics de l’Etat. Ils ont réussi le concours d'entrée en 2019 et entament leur seconde année de formation à l'Ecole Nationale de la Sécurité et de l’Administration de la Mer (ENSAM). Le corps des administrateurs des affaires maritimes (AAM) constitue un corps d’officiers de carrière de la Marine nationale administré et géré par le ministère chargé de la mer. Il comporte 358 officiers au 1er janvier 2019. En savoir plus plus leurs fonctions.

L'apport de l'ENVSN : la connaissance des sports nautiques et de la plaisance

L’objectif principal poursuivi est de préparer au mieux les futurs cadres des Affaires Maritimes à exercer leurs missions dans le secteur de la plaisance et des sports nautiques en les sensibilisant aux thématiques suivantes:

  • organisation de l’espace littoral avec ses problématiques d’encombrement et de respect de l’environnement,
  • développement maîtrisé des pratiques sportives, innovations technologiques et évolution des pratiques,
  • instruction des déclarations d’organisation de manifestations nautiques dans le respect des exigences de sécurité et en tenant compte de la règlementation sportive,
  • Particularismes des secours dédiés à la plaisance et aux loisirs nautiques

Au programme de la semaine

  • « sensibiliser » les stagiaires en les faisant pratiquer les activités  suivantes : voile légère sur catamaran et dériveur solitaire, surf, kitesurf, kayak et bateaux à moteur, plus une intervention théorique sur les activités plongée par une représentante de la FFESSM plongée. Ces « travaux pratiques » ont notamment permis de mettre l’accent sur les spécificités sécuritaires et sur les gestes à connaître en cas d’urgence.
  • développer pour chacune de ces pratiques un propos théorique présentant leurs spécificités (obligations règlementaires, organisation fédérale, évolution des pratiques, gestes d’urgence…).
  • présenter l’organisation de l’administration des sports, du mouvement sportif et la règlementation sportive dans son ensemble.

Cette année, le service du contrôle en mer du Morbihan (ULAM 56) a rejoint le stage durant 1h30 pour partager son expérience du contrôle des pêches et de la plaisance au moyen de leur embarcation dédiée.

Ce sont au total environ 120 stagiaires de l’ENSAM qui sont passés par les bancs de l’ENVSN depuis 10 ans, consolidant un peu plus le partenariat existant entre les 2 écoles nationales.

L'encadrement était assuré par Christophe Lino, secondé par Alix Respinger (CTS de la FFESSM), David Alexandre, Eric Flageul, Benoît Reine, Fabrice Levet, David Rontet, Glenn Bonneau de l'ENVSN.

ENSAM1    ENSAM2

Le mot du directeur

Alex Cornu
Depuis le 1er août, Alex Cornu, a pris ses fonctions de directeur de l’Ecole nationale de voile et des sports nautiques. L’occasion de recueillir ses premières impressions.

une prise de fonction marquée par la rencontre des agents et des acteurs locaux

« J’éprouve beaucoup de plaisir à revenir à l’ENVSN. C’est pour moi un retour aux sources et un formidable challenge professionnel. Je suis très motivé à l’idée de me replonger dans le milieu du nautisme. J’ai ainsi pu retrouver le charme de ce lieu mythique et chargé d’histoire.

Ma prise de fonction, le 1er août, a été l’occasion pour moi de prendre mes marques et d’appréhender le contexte de l’établissement avant la rentrée de septembre. La période était aussi propice pour rencontrer individuellement les agents en activité sur le site. L’objectif de ma démarche était de mieux les connaître et de mieux comprendre leur parcours. Le facteur humain est pour moi essentiel à la performance d’un établissement, quelle que soit la fonction occupée. C’est pourquoi j’y porte une attention particulière. Je poursuivrai cette démarche à la rentrée de septembre.

Au cours de cette période, j’ai aussi eu l’occasion de rencontrer de manière informelle certains acteurs locaux et certains résidents limitrophes de l’établissement. J’organiserai avec eux un temps d’échange et de concertation plus officiel dans le courant du mois de septembre. La visite de notre ministre de tutelle, le 21 août, a aussi accéléré la prise de contact avec les élus locaux. Ce fut une opportunité et un des temps forts du mois d’août.

Les atouts de l’ENVSN sont indéniables et le projet d’établissement est ambitieux. Avec les équipes en place, nous allons y apporter quelques évolutions pour l’actualiser, puis faire en sorte que ce soit la réussite de tous. C’est l’essentiel de ma feuille de route.»

Roxana Maracineanu à la rencontre du SNOSAN

Personnel de lENVSN
La Ministre déléguée chargée des Sports, Roxana Maracineanu nous a fait l'honneur de sa visite ce vendredi 21 août. Elle a été accueillie par Alex Cornu, directeur, et Thierry Verneuil, président du Conseil d'Administration de l'ENVSN.
Après une photo avec le personnel de l'ENVSN, un petit-déjeuner de travail a été suivi d'un accueil républicain en présence de Stéphanie Doyen, maire de Saint-Pierre-Quiberon, Jimmy Pahun, Député du Morbihan, Gérard Pierre, du Conseil Départemental du Morbihan et de Cyril Duwoye, directeur de la DDCS (direction départementale de la cohésion sociale) du Morbihan.
L'objet de la visite de la Ministre était de rencontrer l'équipe du SNOSAN, le Système National d'Observation de la Sécurité des Activités Nautiques, observatoire interministériel basé à l'ENVSN, dédié à la prévention des risques liés à la navigation de plaisance et aux sports nautiques.
Après une présentation des objectifs et des méthodes du SNOSAN par Christophe Lino et Fabrice Levet, la réunion s'est focalisée sur le nombre et la typologie des accidents par noyade.
"On ne peut changer que ce que l’on peut mesurer. Ces données sont précieuses pour adapter notre action".

Alex Cornu, Roxana Maracineanu et Thierry Verneuil

Article paru dans Ouest-France le 22 août 2020

Article paru sur letelegramme.fr le 21 août 2020

Article paru dans Le Télégramme le 22 août 2020

 

Sport, mer, littoral : pour des contenus de formation intégrant les enjeux environnementaux

Lénaïg Moign
Lenaïg Moign, étudiante en master 2 Gestion de la Biodiversité et Ingénierie en Ecologie à l'Université de Montpellier, termine à la fin du mois un contrat d'apprentissage d'un an au sein de la mission Sport mer littoral (Ministère des Sports) pilotée par David Rontet. L'occasion d'en savoir plus sur son parcours et son travail au cours de l'année écoulée.

Comment es-tu arrivée à l'ENVSN ?

J'ai entendu parler de cette offre par un ami étudiant. J'ai vu que mon profil correspondait à l'annonce, l'orientation "éducation à l'environnement et au développement durable par les sports nautiques" m'intéressait beaucoup. Je suis titulaire d'un BAFA "option sciences et techniques" et j'ai un parcours scientifique centré sur l'environnement marin.  Mon master actuel permet à des étudiants qui ont une formation en écologie d'acquérir des compétences solides sur la gestion d'espaces naturels mais aussi des compétences tranversales sur la gestion de projet. C'est une formation orientée vers le monde professionnel plutôt que celui de la recherche.

Sur quel projet es-tu missionnée ?

L'objectif de ma mission est d'étudier les contenus environnementaux dans les formations BPJEPS nautiques (voile, surf, kitesurf) dans un premier temps, et de les améliorer le cas echéant, en fonction des besoins du secteur professionnel.

Ce travail rentre dans le cadre de la directive nationale "stratégie pour le milieu marin" directive européenne qui établit un cadre d'action communautaire dans le domaine de la politique pour le milieu marin. L'idée est d'intégrer les enjeux environnementaux dans d'autres politiques, que la thématique "environnementale" soit transversale dans les différentes politiques publiques, en l'occurence, je travaille pour le Ministère chargé des Sports.

Ma mission rentre aussi dans la stratégie nationale "vers une pratique des sports plus durable" mise en place par ce même ministère. Cette action vise à réduire l'impact des pratiques sportives de nature sur l'environnement.

Je travaille en partenariat avec l'Office Français de la Biodiversité, le Ministère chargé des Sports, le Ministère de la Transition écologique et le réseau Canopé. Il s'agit d'un projet innovant, c'est la première fois qu'on enquête sur les contenus de la formation sportive professionnelle à travers le prisme de l'environnement marin. Cela avait déjà été fait sur le thème du handicap.

Concrètement, comment as-tu procédé ?

J'ai procédé en 3 étapes:

1/ j'ai réalisé une enquête documentaire, analysé les textes juridiques relatifs aux BPJEPS principalement afin de connaître la réalité réglementaire : ce qui est imposé aux organismes de formation en termes de contenus environnemenaux.

2/ j'ai ensuite mené une enquête qualitative : pour cela, j'ai interviewé des responsables de formation de chaque discipline sportive en essayant d'avoir une représentation équilibrée entre les formations dispensées sur le littoral méditerranéen et le littoral atlantique. La trame du questionnaire (1h15 d'entretien) a été réalisée avec le Réseau Canopé et comportait les questions suivantes : ce qui se fait dans les formations, les enjeux, les commandes des financeurs, les attentes des employeurs, les méthodes pédagogiques employées...

3/ j'ai enfin réalisé une enquête quantitative avec un questionnaire distribué à l'ensemble des responsables de formation pour savoir si la réalité sur le terrain est en adéquation avec les exigences réglementaires.

Et après, à quoi servira ce travail ?

L'étape suivante consistera à travailler avec le bureau chargé des formations du Ministère des Sports pour voir comment on comble l'écart mesuré à l'étape 3, si écart il y a.

Il faudra identifier les points d'amélioration, élaborer avec le réseau Canopé des contenus pédagogiques innovants pour faciliter le travail des formateurs.

Mon travail va permettre de caractériser les besoins en formation afin de construire des outils pédagogiques adaptés à la formation des éducateurs sportifs.

 

 

Sous-catégories