logo envsn

Actualités

L'équipe de France de kitefoil à l'ENVSN : première!

IMG 4374pte
A l'occasion du premier stage de l'équipe de France de kitefoil à l'ENVSN, nous avons rencontré Ariane Imbert, l'entraîneure de l'équipe, ancienne compétitrice elle-même, qui connaît bien l'ENVSN pour y avoir suivi la formation DEJEPS kitesurf en 2012.

ENVSN : le kite aux JO, c'est pour bientôt ?

Ariane : le kitesurf (ou kiteboard) a été retenu dans le programme des JO 2024 (il reste une petite incertitude) sous un format foil avec aile à caisson, ce serait une épreuve mixte par équipe (1 garçon et 1 fille) avec un format de course pressenti de type relai. Ce qui est sûr, c'est que la France a un peu d'avance sur les autres nations. La FFVoile a donné à l'équipe des moyens financiers et des outils techniques.

ENVSN : quel est l'objectif de votre stage à l'ENVSN ?

Ariane : on est à l'ENVSN pour travailler avec la cellule optimisation de la performance des engins pour la mesure du matériel. On a fait un premier stage sur Hyères avec Paul Iachkine sur lequel on a commencé à travaillé avec les centrales inertielles et les GPS. Et là, on vient à l'ENVSN dans le laboratoire de mesures pour  avancer un petit plus là-dessus et scanner un foil pour prendre de l'avance, pouvoir utiliser tous les outils du laboratoire de l'ENVSN, aller vers l'optimisation de la performance et profiter de l'expertise de Paul et Bertrand Dumortier.

ENVSN : monotypie ou pas en kitefoil ?

Ariane : non, pas de monotypie dans notre discipline et on lutte contre. On a encore assez peu de moyens et la plupart des coureurs sont aidés par des marques qui font elles-mêmes du développement et sponsorisent les athlètes, leur fournissent des équipements. Cela permet de continuer la recherche et le développement du côté des marques, de notre côté, cela permet de suivre l'évolution du matériel.

ENVSN : comment se structure l'entraînement en kite ?

Je suis l'entraîneure de l'équipe de France, employée par la FFVoile comme cadre privée. La FFVoile a retenu 4 centres d'entraînement : Dunkerque, Saint-Pierre-Quiberon, Leucate et Hyères. J'ai créé ma structure, le Spot Kitecenter à Hyères qui est un centre d'entraînement reconnu dans le plan de performance fédéral, dans laquelle j'ai créé une dynamique et un centre d'entraînement  il y a déjà longtemps; ça s'est si bien développé qu'on a créé une association de gestion pour le pôle espoirs kitesurf de Hyères. On a sorti pas mal d'athlètes et de titre. Mon école est prestataire du pôle, dont je suis la coordinatrice et l'entraîneure, en plus de mes prestations nationales.

ENVSN : peux-tu nous présenter l'équipe ?

Ariane : dans l'équipe, nous avons Alexia Fancelli, multiple championne de France, 3è mondiale. Son objectif cette année est la place de 2ème au championnat du monde car la 1ère est occupée par l'américaine Daniela Moroz qui a pas mal d'avance. (le prochain championnat du monde se déroulera au Lac de Garde en mai prochain, le kitefoil sera aussi présent à la finale de la World cup à Marseille en juin.)

Côté féminin, il y a aussi Anaïs Mai Desjardins (6ème en 2018), mais elle est en 1ère année de médecine et ne pourra pas se rendre aux championnats du monde cette année et n'est pas présente pour le stage.

Chez les garçons, il y a Nicolas Parlier, champion du monde depuis 2 ans, qui va challenger son titre cette année. Théo de Ramecourt, 4ème en 2018, très en forme cette année, absent pour cause de partiel de dernière minute. Maxime Nocher,  ancien athlète monégasque, de retour en équipe de France depuis 2 ans, 3ème mondial et enfin Axel Mazella, qui a plusieurs titres de champion du monde junior en race, qui a eu un "coup de mou" l'année dernière à cause de son matériel.

Tous visent le podium cette année, il n'y a malheureusement que 3 places...

Du côté des espoirs, il y aussi Titouan Galea, Théo Lhostis, Arthur Lhez au pôle de Hyères ainsi que tous les jeunes des pôles.

Par contre, on a un déficit de filles, c'est pourquoi on a lancé une campagne de recrutement "Elles de kite", pilotée par Antoine Weiss.

 

Photo Ariane Imbert

Photo Ariane Imbert

 

 

 

2 objectifs pour une après-midi de kitesurf

55661660 808972936133087 3204876859376402432 o
En cette fin de mois de mars ensoleillée, les 16 stagiaires du BPJEPS kitesurf accompagnés de leurs formateurs, Loïc Soufflet, Julien Grillat et Ronan Eveno, avaient rendez-vous à la plage des Sables Blancs de Plouharnel pour une après-midi particulière.

Objectif n°1 : Séquence pédagogique pour les BPJEPS kitesurf. Il s'agissait pour eux d'animer et encadrer en sécurité une première séance avec du public scolaire et d'assurer des cours particuliers à des adultes débutants.

Objectif n°2 : Initiation au kitesurf pour 12 élèves de 15 à 18 ans, 8 garçons et 4 filles (élèves de seconde, première ou terminale, en classe de CAP ou de seconde professionnelle)

Pascale Bouton, professeure d'EPS au lycée professionnel Jean Guéhenno de Vannes et animatrice de l'Association Sportive (et ancienne formatrice de l'ENVSN) nous a présenté le cadre dans lequel s'inscrit cette après-midi pour les jeunes lycéens. Il s'agit de la section "Sport, nature et santé" qui a pour mission :

-de donner aux élèves l'accès à  des activités de plein air, plus spécifiquement nautiques, auxquelles ils ne sont pas culturellement initiés

-de les sensibiliser aux bienfaits du sport pour la santé

-de leur faire découvrir et aimer l'environnement littoral qu'ils connaissent peu (étant ou ruraux ou citadins)

-de les faire progresser sur le plan de la motricité et de la rigueur dans l'apprentissage

L'idée est que dans chaque activité, l'élève puisse réellement progresser et commence à maîtriser son activité de façon à développer la confiance en soi. Ce ne sont pas des séances "à la carte", elles nécessitent régularité et engagement.

Pour y parvenir, le programme de cette année est le suivant:

-4 à 5 séances de surf à l'ESB de Plouharnel

-Une rencontre paddle / escalade inter-lycées dans le cadre de l'UNSS

-Des séances de remise en forme (marche nordique / kayak) sont programmées pendant la rupture hivernale pour ceux qui sont présents, les élèves partant successivement en stage

-Un cycle de 3 séances de kitesurf de mars à mai, avec pour objectif d'arriver aux premières glisses

-Du 6 au 15 mai, lancement d'une opération de lutte contre les sédentarités : au sein du lycée et dans tous les lycées du département, les élèves et le personnel sont appelés à marcher tous les jours pendant une heure. L'objectif est d'accumuler des pas. Cette manifestation se clôturera le 15 mai à la plage avec séances de CrossFit et longe-côte.

 

 

Circuit Flying Phantom : les nouveautés 2019

A l'occasion du stage d'entraînement organisé à l'ENVSN par Yves Clouet, auquel s'est jointe l'équipe de Realteam coachée par Daniel Souben, nous avons rencontré Charles Haineville, le président de la classe Flying Phantom.

 

Son objectif pour 2019 est de replacer la classe auprès des amateurs qui représentent une bonne partie du plateau. "Ils font vivre la classe et le but est de faire un circuit à leur portée. On a esayé de faire un circuit plutôt européen avec un final en Martinique cet hiver".

20190301 102849
Le programme des compétitions démarrera avec l'Eurocat, une épreuve conviviale en baie de Quiberon qui devrait rassembler entre 10 et 15 bateaux.


De nombreuses régates se dérouleront donc en France avec un détour en Suisse, Italie et Espagne (cf carte).

Du côté des équipages, des changements et de la continuité :

Solune Robert, Antoine Rucard, Riwane Perron et Pierre Boulbin continueront à régater cette année, de même que Charles Haineville et Antoine Joubert (Idreva Zephyr Foiling), Nicolas Férellec et Théo Constance (Culture foil), Ludovic Sorlot (Cuplegend), les Portugais de UON, les suisses de Realteam et de Team Tilt.

Des amateurs se joindront à eux tels que Pierre Le Pape, Marc Chambon, Olivier Tellier, Eric Le Bouédec... et des professionnels tels que François Gabart, Louis Viat et Franck Cammas !

General Map
"En résumé, un circuit convivial, sympa avec un bon niveau sportif sur des bateaux magiques!"

 

Tour Voile 2019: J-96...

20190328 095258pteA environ 3 mois du début du Tour voile 2019, les 4 membres de l'équipage Golfe du Morbihan sont à l'ENVSN pour 5 jours de préparation physique et de navigation. Il s'agit de Solune Robert, Charles Dorange et Louis Flament. Riwan Perron (absent pour cause d'examen) les rejoint samedi pour naviguer sur le Diam 24.

Le Tour voile est une épreuve qui dure 3 semaines et nécessite de gérer les efforts et d'éviter les blessures sur la durée. Kilian Philippe, préparateur physique de l'équipage nous a détaillé le programme d'entraînement des coureurs, adapté à ces étudiants qui doivent concilier leur cursus avec leur passion.

Depuis le mois d'octobre, chacun d'eux a un programme de préparation physique établi, une charge de travail chronique élevée entrecoupée de blocs intensifs  à l'ENVSN.  

Il s'agit de veiller à ce que tous les paramètres de la performance humaine soient pris en compte: sur les plans cognitif, physique et nutritionnel pour en faire des athlètes complets qui puissent endurer la charge de travail demandée et être performant sur toute la durée de l'épreuve.

Les objectifs de ce programme sont:

-d'améliorer la gestuelle en navigation

-de limiter les effets néfastes de l'accumulation de fatigue

-d'optimiser les capacités cognitives pour prendre les bonnes décisions sur le plan d'eau

Pour y parvenir, Kilian a programmé un bloc d'entrainement assez lourd:

-2 séances de 45 minutes quotidiennes sont programmées, une grosse charge de travail pour augmenter leurs capacités physiques et leurs capacités à bien naviguer tout en veillant à éviter tout risque de surentraînement

-des tests physiologiques, physiques et anthropométriques pour mesurer leur évolution et vérifier le travail effectué entre deux sessions

-un test pour détecter les adaptations neuromusculaire et mesurer la fatigue du système nerveux central

-un programme individualisé en fonction du poste occupé et de l'individu. Chaque athlète a ses filières à développer pour améliorer l’efficience de ses mouvements lors des manœuvres.
Le préparateur joue avec les différents stress (stress métabolique et mécanique) et applique le concept de concurrent training* qui consiste à développer à la fois, l’efficacité neuromusculaire et cardiovasculaire.

Il dispense aussi des conseils diététiques pour être au juste poids afin d’optimiser les mouvements du bateau, ne pas perdre ou prendre trop de poids pendant la course, et assure un suivi nutritionnel pour favoriser la récupération et  optimiser les capacités physiques/cognitives sur l'eau.

*L’un des principaux objectifs de la préparation physique est le développement de plusieurs qualités physiques de sorte que les progrès réalisés s’expriment dans le sport pratiqué pour produire de meilleures performances. Pour atteindre un niveau de performance visé, la préparation doit ainsi être spécifique au sport pratiqué. Cependant, le développement d’une qualité physique peut être incompatible voire contraire au développement d’une autre qualité physique. Pourtant dans de nombreux sports (course à pied, ski de fond, football, kayak…) diverses qualités, aux développements antagonistes, sont sollicitées dans la pratique. C’est l’un des principaux problèmes de la planification de l’entraînement.
Le préparateur physique doit alors faire des choix temporaires voire alternatifs pour développer ces qualités physiques en minimisant leurs interférences. (site Sport santé et préparation physique)

Grand Saut dans l'Atlantique pour les BPJEPS canoë-kayak du CREPS Auvergne-Rhône-Alpes

54378981 577068032799338 3658940539916517376 opte
Les stagiaires du BPJEPS canoë-kayak et disciplines associées du CREPS Auvergne-Rhône-Alpes (à Vallon Pont d'Arc) viennent de passer 2 semaines à l'ENVSN.

Après une semaine en Méditerranée dans les Calanques, ils ont été plongés dans le bain atlantique, les marées, les courants et une succession de coups de vent.

Le programme soigneusement préparé par Mathieu Morverand, coordonnateur de la formation était riche et varié, multipliant les supports utilisés et les lieux de pratique.

-Navigation à l'alignement dans les courants de la Teignouse depuis l'ENVSN.

-Rencontre des sauveteurs de la station SNSM d’Etel

-Session waveski à Larmor Plage avec Luc Guigo du centre nautique de Kerguelen

-Sortie dans le dans le Golfe du Morbihan sous 25 à 30 nœuds d'ouest et des courants bien marqués : belle expérience de navigation pour les moniteurs stagiaires avec le concours de Kerners Kayak et la rencontre avec les marins locaux du Le Passeur des îles.

-Test des nouveaux SUP du CREPS devant l'ENVSN
Conformément à la nouvelle réglementation maritime (Division 245), le CREPS a acquis de nouveaux flotteurs de 11,6 et 14 pieds. Les stagiaires ont pu les tester en poussant un peu les limites de la stabilité.

-Surfski dans la baie de Quiberon
Les moniteurs stagiaires ont pu essayer les surfskis et goûter aux surprenantes sensations de glisse de la discipline de l'Ocean Racing.

-L’équipe est partie avec Bruno de Kerners Kayak pour découvrir le SUP dans le Golfe du Morbihan. Rencontre sur l’île d’Ilur avec Vincent, gardien du Parc naturel régional du Golfe du Morbihan.

-Tour intégral de la presqu’île de Quiberon par la côte Sauvage et l’isthme de Penthièvre au départ de l’ENVSN, une sortie de 16,6 milles

-L'archipel des Glénans depuis Trévigon : de la belle navigation pour clôturer en beauté la formation.

Nous espérons que ce sympathique groupe a apprécié son séjour morbihannais, la variété des paysages et des climats...et savouré le soleil qui s'est invité à la fin de leur séjour. Merci à Mathieu pour ses récits détaillés de chaque journée que vous pouvez retrouver ici : http://crepsvpa.free.fr/ck/kmer/

 

 

 

Ecole Nationale de Voile et des Sports Nautiques
Beg Rohu
56510 Saint-Pierre Quiberon
Tel: 02-97-30-30-30  |  Fax: 09-72-52-56-98

logo ministere Fond Social Européen