Actualités

Equipe de France de 470 : mesures et communication au programme

P1050596
L'équipe de France de 470, Camille Lecointre / Aloïse Retornaz et Jérémie Mion / Kevin Péponnet, vient d'effectuer un stage de trois jours à l'ENVSN, accompagnée de Gildas Philippe, responsable de la série et entraîneur des filles et de Philippe Mourniac, entraîneur des garçons.

A l'ENVSN, rendez-vous au laboratoire de mesures où Paul Iachkine attendait l'équipe, avec deux objectifs communs aux deux équipages :

-Mesure de matériel : les nouveaux bateaux (ceux qui iront à Enoshima) viennent d'être livrés. Il s'agit maintenant de procéder à la phase de numérisation des coques pour vérifier que tout est conforme et effectuer des mesures de mâts

-Navigation avec les centrales inertielles : les bateaux ont été instrumentés pour recueillir différentes données durant les séances sur l'eau. L'analyse des informations collectées permettra de qualifier les différentes techniques de navigation

Les garçons, quant à eux, ont commencé un travail avec Jacques Saury, de l'Université de Nantes, sur la communication, dans le cadre du projet de recherche sur les interactions homme-matériel (Université de Nantes, FFVoile, ENVSN - INSEP).

Ce travail vise à expliciter ce qu'ils font quand ils se coordonnent à bord (optimisation des réglages, du fonctionnement du bateau...) et comment ils communiquent leurs sensations.

Pour cela, les coureurs étaient équipés de casques et micros afin de recueillir leurs échanges. Les séances de navigation étaient suivies d'entretiens individuels "à chaud" avec Jacques.

L'étape suivante consistera à établir une synthèse de ces échanges, une mise en commun avec l'équipage et l'entraîneur afin d'en retirer des pistes d'amélioration

Ce stage faisait suite à un regroupement d'une partie des équipes de France à l'Ecole Navale, consacré à la gestion du stress et à la préparation des situations à enjeux.

Après cette intense semaine de préparation, l'équipe rejoindra Villamoura au Portual pour profiter de conditions de navigation plus clémentes et de la présence d'équipes étrangères.

 

 

Docteur Tacher, figure tutélaire de l'ENVSN, nous a quittés

1989 q 23
"L'avoir croisé suffit à ne pas l'oublier"

Né la même année que la reine d'Angleterre et Fidel Castro (dixit le doc), Joseph Tacher est décédé mercredi 6 novembre, laissant un grand vide derrière lui. Son humanité, son dévouement, sa modestie et son humour ont marqué tous ceux qui l'ont côtoyé et leur manqueront longtemps.

Nous tenons à rendre un hommage ému à cet homme qui a dédié beaucoup de son temps et de son énergie à améliorer la vie de ses semblables. Depuis presque 50 ans, il a accompagné notre établissement, son personnel, les sportifs et cadres de la Fédération Française de Voile de bien des manières, par une présence discrète mais active jusqu'à ses derniers jours. Ce portrait forcément incomplet est émaillé des témoignages et souvenirs d'une partie d'entre eux, ainsi que d'extraits d'une interview récente, qu'il nous avait accordée en vue des 50 ans de l'ENV.

Un médecin aux multiples activités

-Un médecin vraiment généraliste. A ses débuts en 1956, aucun vétérinaire n'exerçait à Quiberon. Qu'à cela ne tienne, le doc acceptait de soigner les animaux comme les humains. Quand un vétérinaire patenté s'est installé, il a fait cette réflexion : "ça va me faire de la concurrence!"

Il a été aussi le médecin des îles Houat et Hoëdic, capitaine des pompiers et de la protection civile aéroportée. (vidéo ci-dessous)

-Un médecin du sport "formé sur le tas"

Joseph Tacher a assisté à la création officielle de l'ENV en 1970. Quand le premier directeur, Joseph Chartois, s'est mis en quête d'un médecin pour son établissement, il a pensé à lui.  "C'était un gallo comme moi, vous savez, il y a deux sortes de bretons. Il était presque de mon pays, du nord de l'Ille-et-Vilaine. C'est comme ça que je suis entré à l'Ecole Nationale de Voile, comme généraliste parce qu'il fallait un médecin."

"Et puis après, la fédération [de voile] avait besoin d'un médecin pour l'équipe de France, comme j'étais sur place, quand ils venaient à l'ENV, je les aidais. Et puis après, ils m'ont emmené sur les championnats d'Europe, les championnats du monde...et même les jeux olympiques de Montréal en 1976, d'Atlanta en 1996 et les pré-olympiques de Talinn en 1979"

"Il a tellement été présent et disponible pour accompagner nos jeunes années de navigation au Beg Rohu mais aussi à Kiel, Tallinn et sur tant d’autres plans d'eau...Souvenir des chocolats chauds, des petits goûters à l'arrivée des longues journées de navigation dans le vent à Kiel , Medemblik, Hyères..." (Claire Fountaine)

"Combien de bons souvenirs de déplacements avec « Doc » et quel accueil à l’ENV : le thé et les tartines à la confiture dans le coffre de la Polo blanche au retour (parfois de nuit) des entraînements... La patte du chat pour tamponner la licence.. Les Aspro qui trainent au fond des poches..." (Nicolas Hénard)

"Que de bons moments partagés avec le doc sur l'eau et à terre lors de nos périples avec les 470. Je me souviens de l'avoir eu sur l'eau toute la semaine durant le championnat d'Europe des 470 à Tallinn, un tres grand souvenir! Toujours bienveillant, à l'écoute, disponible pour répondre aux nombreuses sollicitations et dans une amniance conviviale avec cette jeune équipe. Un grand monsieur qui nous a accompagnés jusqu'au bout."

"Et puis j'étais un fidèle de la semaine olympique de Kiel, où je suis allé de 1974 à 2009". Joseph était un parfait germaniste, il aimait l'Allemagne et y a rencontré sa seconde épouse, Silke.

"Un médecin mais un incroyable monsieur. On avait l'impression qu'il faisait partie intégrante de l'ENV ou du Kieler Olympia Zentrum, ses deux spots préférés. Il te faisait oublier en une boisson chaude tout ce que tu pouvais ruminer de ta journée sur l'eau. Et en fait, tu réalisais que Joseph n'était pas que présent à Kiel et à Saint-Pierre-Quiberon mais partout. Merci pour tout Doc."

"Une belle personne, il a rendu mes retours de nav' à Kiel plus douces avec ses petites attentions."

"Grand merci à lui pour sa gentillesse, son caddy Mercedes caché à Kiel avec ses gâteaux au retour de nav'. Il va nous manquer."

Le docteur Tacher n'était pas titulaire de la "capacité" médecine du sport. Il a tout de même accompagné de nombreuses thèses sur la médecine de la voile, organisé des colloques à l'ENV sur ce thème et compilé ce qu'il appelait son bréviaire : Médecine et voile. Munich 72 à Séoul 88.

Il a également effectué de nombreux contrôles anti-dopage en tant que médecin assermenté, sur tout type d'épreuve. "La première, c'était il y a longtemps, je devais contrôler les participants à une course de vélo en tandem, un voyant devant et un non-voyant derrière, dans le centre de la Bretagne. Après, j'ai aussi contrôlé les concurrents du Spi Ouest-France notamment."

Un homme engagé

"un grand monsieur toujours à l'écoute et généreux, un super homme, un ami, un papa et de belles valeurs, un grand monsieur qui veillait sur nous, il aimait sincèrement les gens, à l'écoute de tous, une très belle personne à nos côtés"

Les engagements personnels du docteur étaient si nombreux qu'il est difficile d'en dresser une liste exhaustive. Lors de notre entretien, le premier souvenir de cet engagement concernait la Pologne dès 1981. A l'époque, des coureurs de l'équipe de voile polonaise s'entraînaient fréquemment à l'ENV. Joseph avait sympathisé avec eux et notamment avec Krzysztof Zawalski, qui restera un fidèle ami. Aidé de Pierre Saint-Marty, alors directeur de l'ENV, le docteur avait organisé 3 convois de vivres et de vêtements en direction de la Pologne, colis transitant avec l'étiquette "habits sacerdotaux". Il avait également réussi à trouver une voiture pour les coureurs polonais, pour faciliter leurs déplacements.

Et ça ne s'est jamais arrêté...Le téléphone portable qui l'accompagnait partout sonnait très souvent. Toujours attentif aux autres, le docteur avait à coeur de rendre service, de combattre les injustices sociales, fidèle à ses engagements et à ses amis.

"Je fais un peu de social c'est vrai. Je suis engagé surtout dans l'aide alimentaire. Quand je vois le gâchis de la nourriture, avec mes petits moyens, on essaie de ramasser dans les supermarchés et puis on distribue dans la presqu'île, tous les jeudis." Il a tour à tour été bénévole de la Banque alimentaire, des Restos du cœur à travers le canton de Quiberon et Belle-Ile et de la Conférence Saint-Vincent de Paul.

"Une très belle personne, toujours disponible et un anti-gaspi avant l'heure. Toujours un médicament à te donner dans les poches... ou un conseil médical, une prescription non facturée..."

A l'ENV, il a beaucoup oeuvré au sein de l'Amicale et de l'association du personnel dont il a été longtemps président. Il a aussi beaucoup donné de son temps et de son attention aux personnels, stagiaires et sportifs, alors même qu'il n'était plus le médecin de l'école mais l'ami, le protecteur des uns et des autres, sans jamais rien attendre en retour.

Témoignages

Scan10049
"On se souvient de ses boissons chaudes et des gâteaux périmés sur le parking après la nav', de ses vaccins tout aussi périmés administrés au cul de sa vieille bagnole et surtout de sa belle personne....et de son caddy en haut des cales de mise à l'eau... Soigné au cul de la camionnette avec distribution gratuite de médicaments, talkie-walkie sous le bras. C'était lui. Les valeurs morales dont il a toujours fait preuve lui survivent et nous en sommes les héritiers. Une chic et belle personne s'en va, au revoir...Une très belle personne d'une bienveillance permanente nous quitte mais reste gravée en nous tous....Quelle personnalité, quel doc, il a sauvé énormément de vies dont quelques voileux, bon vent Doc', on ne t'oubliera pas...Jo avait toujours le mot ou l'action adéquate vis à vis de chacun. Par son empathie, son écoute et sa bienveillance, il nous a montré et transmis de  très belles valeurs humaines. Le Doc ne laisse que de beaux et bons souvenirs dans son sillage. Merci à lui pour cela...Bon dernier voyage le Doc, tu étais une si belle personne...

...Je retrouve de la douceur quand je repense aux attentions que Joseph savait procurer avec son ton direct, un peu saccadé et parfois bourru. Pour ma part, je garde en mémoire des points de suture après une sortie...arrosée. Sans hésitation, il a sorti le fil et l'aiguille et s'est lancé dans la couture à vif. C'est un bon souvenir à mi chemin entre l'assistance et la punition...et surtout sans la moindre sensation d'être jugé. Je me souviens aussi avec jubilation de ses voitures qu'il cabossait consciencieusement!

...Les points de suture à vif, ce n'était pas pour nous punir mais plus une philosophie. Je le revois me recoudre sur le coin de table de sa cuisine en me disant : t'es un costaud toi, j'ai pas besoin de t'anesthésier et de toutes façons, il te faut quatre points et pour l'anesthésie, il faut que je pique en deux endroits, alors, c'est pas la peine qu'on s'embête.

...J'ai eu aussi droit aux points de sutures et aux cakes/yaourts périmés. Tristesse...mais espoir tant que des bénévoles de ce genre seront à nos côtés

...Huit ans d'organisation du championnat de France minimes à l'ENV et Jo a toujours répondu présent, ramenant plein son coffre de petits gâteaux et les distribuant au retour de nav' de nos jeunes sportifs. Ton sourire et ton grand coeur nous manqueront Jo..."

Les gens continuent à exister tant qu'on s'en souvient. Repose en paix Joseph, simplement merci et bon voyage.

 

Souvenirs de Bernard Henry

Début avril 83 ou 84, peu importe, équipier néophyte, je me suis laissé, un peu légèrement, embarquer par un ami de rencontre, sur un Speed 7.70, petit trimaran de l’époque très bas sur l’eau.

Au niveau expérience, le copain, par ailleurs charmant, ne compte guère que quelques navigations de plus que moi. Suffisant pour que je me fie à lui, mais le bougre a omis de prendre la météo et nous sommes en jeans et tennis en ce début de printemps plutôt frisquet.

Toujours est il que, en route pour La Trinité, nous nous retrouvons quelques heures plus tard, démâtés par force 9 dans la Teignouse. Le petit hors bord, tout d’abord réticent, une fois dégagé le bout pris dans l’hélice, ne suffit pas à étaler le vent qui nous pousse inexorablement sur les cailloux… Fusée…

En moins de 3 minutes, surgi de nulle part, comme par magie, un hélico nous survole. Par la porte centrale, un homme en blouse blanche nous fait signe et nous photographie…

Nous apprendrons que, appelé vers Groix à la rescousse d’un pêcheur tombé dans la cale de son bateau, il était en vol non loin, quand il a aperçu notre signal et foncé vers nous comme l’éclair.

Quelques longues dizaines de minutes plus tard, c’est le bateau de la SNSM du Palais (celui de Port Haliguen, certainement plus petit, avait dû rebrousser chemin en raison de l’état de la mer…) qui apparaît (vraisemblablement guidé par l’hélico) et réussit à nous passer une remorque.

Arrivés au port, les pompiers nous attendent et zélés, nous entortillent de couvertures alors que nous sommes à peine tétanisés et nous amènent manu militari, dans un bâtiment relevant à la fois d’une clinique et d’une maison privée. Nous sommes tout d’abord introduits dans une infirmerie bien équipée où on nous prodigue quelques soins, puis sans transition nous franchissons une porte et nous voici dans un salon bourgeois où la maîtresse de maison nous accueille avec un bol de chocolat fumant et des petits pains, avant de repasser, un peu « désorientés », dans une autre pièce genre salle d’o'p où finit par apparaître l’homme en blanc de l’hélico.

Nous venons de faire connaissance avec le Docteur Tacher…

Quelques mois plus tard, cette mémorable expérience, loin de m’avoir dégoûté de la voile, m’avait cependant incité à plus de sérieux et donc de m’inscrire notamment à l’ENV où je suivais assidûment plusieurs stages de formation.

Résidant comme mes « collègues », je me souviens que certains copains navigateurs venaient rendre visite au petit élève attardé que j’étais. Et c’est là qu’inévitablement, est réapparu

l’homme en blanc et son stéthoscope. Me croisant entre deux bâtiment, il s’arrête, me dévisage cherchant visiblement dans sa mémoire et brusquement m’interroge: - «Chiquito? » ??? - « Merci, mais je ne fume pas. » . Puis la lumière fût - « Ah oui Chiquita !», c’était effectivement le nom de notre petit trimaran en difficulté.

« Alors ça va, on est devenu raisonnable?  Bon tiens, écoute , j’aurais quelque chose pour toi demain »,  dit-il de l’air du tonton qui va amener une friandise au petit pensionnaire.

De fait, le lendemain,  il m’arrête à nouveau, et, avec un air de conspirateur, brandit un sac d’où  il sort, tel un trésor…une boîte de pâté Hénaff … ainsi qu’une photo aérienne format A4, du Speed démâté un an plus tôt dans La Teignouse…

Souvenirs de son ami Pierre Saint-Marty, ancien directeur de l'Ecole

A l'ENV, il était comme chez lui, était très proche de tous les membres du personnel, aussi bien des ateliers, de l'administration, des cuisines, de l'internat ou des enseignants, il connaissait chacun personnellement. Il restait de longs moments, devant les ateliers, à regarder les enseignants et leurs stagiaires.

Hoëdic

Vous savez qu'il était médecin des îles et qu'à ce titre il allait, avec l'hélicoptère de de la Protection Civile, assurer les consultations dans un petit local à Hoëdic, pendant que les deux pilotes de l'hélico étaient accueillis par Fernande, la bonne du curé (du Recteur) à la cure ou j'étais aussi convié lorsque je faisais partie du voyage. A cette époque il y avait une sorte de pharmacie, à Hoëdic, tenue par une vieille sœur, qui distribuait des médicaments.
J'ai une anecdote, qui ne touche pas Joseph directement, mais qui est le résultat de ses visites : un matin, alors que nous prenions le café chez Fernande, Fernande, à plusieurs reprises, nous avait fait part d'un gros problème pour la population de l'île: il n'y aurait pas de pain sur l'ile ce jour-là, le boulanger et son mitron ayant pris une cuite la veille au soir n'avaient pu assuré la fournée. Mais Fernande avait pu contacter le boulanger de Houat qui pouvait fournir le pain désiré. Alors l'hélico, les deux pilotes et moi-même sommes allés sur l'île voisine pour ramener, dans un grand carton, le pain pour toute l'île. Joseph n'était pas directement impliqué, mais cela montre combien il était proche des évènements liés, indirectement, à sa présence sur l'île.
Il a été, en partie, impliqué dans la décision de l'ENV de proposer, en juillet août, un stage de voile gratuit, pour les enfants d'Hoëdic, avec un prof de l'ENV et des petits cata que l'on remorquait la semaine précédente. Un peu plus tard, il y avait sur l'île, une séance de cinéma pour les parents qui pouvaient voir l'activité de leurs enfants. (Je crois que c'est Philippe Neiras, prof à l'ENV qui m'a dit qu'il n'avait jamais aussi bien mangé, invité tous les soirs par des parents, la plupart pêcheurs)

La Pologne

Le Docteur Tacher était déjà en relation personnelle avec un responsable de l'Université de Gdansk avant mon arrivée à Quiberon en 1983 (Krzysztof Zawalski).
En 1985 je crois, on avait obtenu un ordre de mission, pour trois personnes, pour établir des relations avec l'Université de Gdansk et assister au Championnat du Monde de char à voile sur glace.
Il faut savoir que le Docteur Tacher récupérait, auprès des pharmaciens de la région, des médicaments non utilisés dont il faisait profiter des personnes qui en avaient besoin, dont la Pologne et Gdansk. C'était Jean-Yves Le Roux, prof à l'ENV, qui faisait partie du voyage avec Tacher et moi-même.
Dr Tacher était responsable des colis, mais il était loin d'être un spécialiste et quand je les ai retrouvés à Orly, un caddie était chargé de quatre ou cinq gros cartons de médicaments, mal ficelés, avec inscrit en grosses lettres« HABITS SACERDOTAUX».
Nous n'étions pas fiers en arrivant à la douane de l'aéroport de Varsovie, alors sous grosse influence de la Russie, avec notre caddie et nos cartons ... et nous sommes passés avec nos habits sacerdotaux et une assez grande inquiétude. Mais comme on était venu nous chercher depuis Gdansk en voiture, nos cartons ont dû rester en consigne à Varsovie.
Nous n'avons pas trop vu le paysage, parce que nous étions tous les trois assis à l'arrière de cette voiture qui manquait de coussin sur la banquette, et nous avions les yeux juste un peu plus bas que les vitres.
Nous avons été fort bien accueillis plusieurs jours à l'Université. Je partageait la chambre avec le Docteur et on nous a conduit sur les lieux du Championnat du Monde de char à voile sur glace, qui se déroulait quelque part au nord de Gdansk, sur la lagune, pas loin de la frontière avec la Russie. Nous avons assisté aux épreuves de la journée et bénéficié du repas servi pour tout le monde, sur la glace. Dans l'après midi, M. Tacher est venu me trouver en me disant qu'il avait froid aux pieds et, en regardant ses pieds, j'ai constaté qu'il était chaussé comme pour aller à la plage ... et ça, c'était bien du Tacher.
Il nous a «abandonnés» à Gdansk pour partir vers l'Allemagne où il devait retrouver celle qui allait devenir son épouse, en nous laissant avec Jean-Yves Le Roux nous débrouiller à la gare de Varsovie pour que les habits sacerdotaux du Docteur Tacher puissent terminer leur voyage et être utiles.

 

 

 

 

 

 

Stage "catamaran" du CDV 56

20191030 pte
Comme chaque année, le stage départemental du CDV 56 s'est  déroulé pendant les vacances de la Toussaint.

Il s'agissait d'un moment important pour la filière car ce stage a regroupé tous ceux qui ont démarré l'école de sport dans leurs clubs respectifs en septembre.

Philippe Neiras, le coordonnateur du stage a plusieurs motifs de satisfaction en ce début de saison:

Une filière dynamique

-Une participation importante: ce stage a réuni 35 sportifs venus d'une dizaine de clubs

-L'arrivée de plus jeunes coureurs dans la catégorie minimes, naviguant en Tyka, permet d'assurer l'avenir de la filière.

-Un groupe de Nacra 15 très étoffé : pas moins de 12 bateaux présents. 5 équipages étaient absents, en raison de leur participation au championnat du monde à Marseille la semaine précédente, parmi lesquels l'équipage Eliott Coville/Gustave Liot, sacré champion du monde des moins de 16 ans et l'équipageTitouan Pétard et Marion Declef, médaillé de bronze en U19. Des jeunes viennent de l'O'pen Skiff et sont déjà performants sur ce support.

-Un groupe qui progresse vite et qui ne va pas tarder à sérieusement rivaliser avec les "aînés"

Des jeunes et des entraîneurs engagés

-Des entraîneurs mobilisés: le succès de la filière repose en grande partie sur l'engagement des clubs et de leurs entraineurs. C'est le cas sur le département avec notamment un nouveau venu dans l'équipe, Mathieu Grégoire du Club nautique de Pénestin, qui a réussi à monter une petite équipe dans son club. L'équipe des entraîneurs comprenait également Mathieu Leglatin du C.N. Lorient et Jolann Neiras du CLE catamaran qui s'occupait particulièrement des Nacra 15.

-Cette semaine de stage était axée sur la navigation, avec des conditions délicates (beaucoup de mer, de la pluie et du vent) et pas très engageantes pour des jeunes qui débutent dans l'activité. Malgré cela, aucun participant n'a rechigné à partir sur l'eau, ils ont fait preuve de motivation et d'engagement. Bravo à eux !

 

2èmes rencontres annuelles des acteurs du nautisme

pte oLes Rencontres annuelles des acteurs du nautisme, organisées par la communauté de communes Auray Quiberon Terre Atlantique (AQTA) se sont tenues mardi 5 novembre à l'ENVSN.

Une 2ème édition réussie pour une journée dense en informations et contacts en tous genres, grâce à une large participation des acteurs locaux (collectivités, clubs nautiques, élus, représentants des ports...) et à des interventions de qualité.

Les programme de la journée était le suivant:

En réunion plénière le matin

Le tourisme comme levier de développement économique et d'attractivité territoriale
• Bilan des actions mises en place par Auray Quiberon Terre Atlantique en 2019
• Présentation des projets 2020
> Classes de mer : une dynamique renouvelée en Bretagne, des opportunités pour notre territoire
> Aide à l'équipement : comment améliorer l'expérience client dans vos structures ?
> Accompagnement et montée en compétence des entreprises nautiques : formation "parlons le même langage"
> Événementiel portes ouvertes : comment attirer les primo-pratiquants dans les entreprises et clubs nautiques ?
• Invité d'honneur : organisateur de l'E-wax festival ou comment l’événementiel contribue à valoriser un territoire, une filière ?
• Réservation en ligne : un outil mutualisé à l'échelle du territoire ?
• Présentation du Certificat Complémentaire Développer et Entreprendre de l'ENVSN

Par ateliers l'après-midi

ATELIER N°1 : Quelle offre innovante proposer à vos clients pour gagner des parts de marché sur la clientèle touristique?
Extrait de l'offre de service de Nautisme en Bretagne : "les ateliers de l'innovation"
ATELIER N°2 : et si je mettais mon offre sur la centrale de réservation en ligne Elloha ?
Atelier animé par : L'Office de Tourisme Intercommunal Baie de Quiberon la Sublime et Morbihan Tourisme
ATELIER N°3 : Comment gérer sa communication sur les réseaux sociaux ?
Atelier animé par : Angélique Cadic - Société Des mots pour le web

Les Rendez-vous des acteurs du nautisme

Pour prolonger cette journée, AQTA propose les "rendez-vous des acteurs du nautisme" : 3 séquences de formation destinées à l'accompagnement des entreprises nautiques. Ces séquences sont gratuites pour les acteurs situés dans une des communes du territoire.

Pour les autres, il est possible de s'inscrire à l'une ou plusieurs des sessions:

Conception et conduite de projet : 27 et 28 novembre 2019

Marketing et commercialisation : 29 et 30 janvier 2020

Communiquer et convaincre : 25 mars 2020

 

 

La famille "raceboard" réunie à l'ENVSN

IMG 20191030 WA0001 01
Nous accueillons cette semaine le stage national "famille de pratique raceboard" de la Fédération Française de Voile.

50 coureurs en RS:X et 85 coureurs en Techno 293 sont réunis auxquels il faut rajouter 4 membres de l'équipe de France de planche à voile : Charline Picon, Lucie Belbéoc'h, Pierre Le Coq et Louis Giard (il manque Thomas Goyard).

Les coureurs sont issus de collectifs départementaux et régionaux, de la catégorie "minimes" de 12/13 ans jusqu'à l'élite (équipe de France). C'est donc la réunion d'une grande partie de la famille "windsurf" de la FFVoile, qui nécessite la présence de 25 entraîneurs (entraîneurs de clubs, de départements, de ligues, de pôles ainsi que les entraîneurs nationaux, Stéphane Jaouen et Cédric Leroy).

 

ORGANISATION

Pierrick Wattez s’est chargé du lancement et du cadrage de ce stage et, au cours de la semaine de stage, c’est l’ensemble du collectif entraîneur qui s’occupe d’orchestrer la mise en action des coureurs.
Les groupes sont séparés par support avec des moments d'échanges entre eux.
✔️ Le groupe des plus jeunes (Techno 293D) est coordonné par Pierre Odoux. Des temps de navigation l'après-midi succèdent à des temps de travail par ateliers le matin, sur lesquels chaque groupe alterne.
Après un réveil musculaire avec Bertrand Guillo, les coureurs sont invités à participer aux ateliers gréage matossage - positionnement par rapport à la flotte - c'est pas sorcier - physique
La plupart des jeunes sportifs présents participeront au National d’Automne qui se déroulera à partir de vendredi 1er novembre. Il servira d'épreuve d'évaluation pour les coureurs et leur permettra de se situer en début de saison.

✔️Le groupe des RS:X 8.5 et RSX 9,5 est géré par Fabien Cadet et Pierre Noesmoen, il réunit les jeunes des Pôles Espoirs et Pôles France.
Après un réveil musculaire commun avec l'autre groupe, le travail de la semaine porte sur:
-Des tests physiques avec Franck Lecomte
-Des aspects techniques, notamment à partir d'analyses vidéos, avec les entraîneurs
-Un travail sur la respiration profonde et le gainage profond avec Bertrand Guillo, le kiné de l'équipe de France
-Un travail sur le gainage dynamique et la proprioception, avec les entraîneurs
-Des navigations l'après-midi : technique pure, avec beaucoup de navigation en compagnie des 4 meilleurs coureurs israéliens seniors.
Pour les coureurs séniors, ce stage lance la préparation du championnat du monde en Australie fin février (13 garçons et 6 filles).

✔️Les membres de l'équipe de France, quant à eux, poursuivent leur préparation olympique. En tant qu'"aînés" de la famille windsurf, ils se sont joints aux plus jeunes pour transmettre conseils et expériences.

 

TRANSMISSION

Le deuxième grand objectif de ce regroupement est de créer du lien entre les groupes. L'idée est de casser les barrières entre eux. Cela passe par :
-Des moments d'échanges sur l'eau avec notamment un échauffement commun le 1er jour.
-Des temps de discussion : mardi soir, 3 athlètes (Lucie Belbéoc'h de l'équipe de France, Fabien Pianazza et Titouan Le Bosq, champion du monde ISAF en 2015) sont venus témoigner de leur parcours, parler de leur vécu en compagnie de leurs entraîneurs. Ils ont répondu librement aux questions des participants.
-De la transmission de connaissances : des ateliers d'analyse vidéo communs en présence, d'une part de seniors et de plus jeunes et d'autre part de pratiquants RS:X et de pratiquants Techno 293.
-et pour tous, une participation au National et championnat de France Elite organisés par l'ASN Quiberon du 1er au 3 novembre

 

COMPETITION

 

Plus de 300 compétiteurs de tous âges sont attendus sur la presqu’île de Quiberon pour en découdre, lors du grand événement de Windsurf en France. Ils seront accompagnés d’une quarantaine d’entraîneurs, dont ceux de l’équipe de France olympique ! Un grand spectacle est donc attendu sur le plan d’eau côté baie, à Port Haliguen, avec l’équipe de France olympique et en face de l’ENVSN, avec les plus jeunes et meilleurs nationaux.

Toute l’organisation sera centralisée à Port Haliguen, plage du Porigo à l’ASNQ. Pour fluidifier l’événement, les compétiteurs seront répartis sur deux zones de courses : une devant l’ASNQ, l’autre à l’ENVSN. Ce sera le deuxième site logistique, annexe pour optimiser les infrastructures en place et se reposer sur une équipe de professionnels. De nombreuses personnes seront mobilisées à terre et sur l’eau : près de 80 personnes dont 50 en mer et une trentaine à terre, majoritairement bénévoles.

La station SNSM de Quiberon sera également présente avec le Zodiac 712, pour assurer la sécurité en mer.

Il sera possible de suivre la compétition de la terre ferme sur les deux sites : la plage du Porigo à Quiberon et à l’ENVSN au Rohu à Saint-Pierre-Quiberon". © Le Télégramme, 30 octobre 2019

 

Tous les classements (Rond ENVSN) : https://www.asnquiberon.com/chpt-france-windsurf-rond-envsn/

Tous les classements (Rond ASNQ) : https://www.asnquiberon.com/chpt-france-windsurf-rond-asnq/

 

 

Sous-catégories

Ecole Nationale de Voile et des Sports Nautiques
Beg Rohu
56510 Saint-Pierre Quiberon
Tel: 02-97-30-30-30  |  Fax: 09-72-52-56-98

Paramétrages de cookies

×

Cookies fonctionnels

Ce site utilise des cookies pour assurer son bon fonctionnement et ne peuvent pas être désactivés de nos systèmes. Nous ne les utilisons pas à des fins publicitaires. Si ces cookies sont bloqués, certaines parties du site ne pourront pas fonctionner.

Mesure d'audience

Ce site utilise des cookies de mesure et d’analyse d’audience, tels que Google Analytics et Google Ads, afin d’évaluer et d’améliorer notre site internet.

Contenus interactifs

Ce site utilise des composants tiers, tels que ReCAPTCHA, Google Maps, MailChimp ou Calameo, qui peuvent déposer des cookies sur votre machine. Si vous décider de bloquer un composant, le contenu ne s’affichera pas

Réseaux sociaux/Vidéos

Des plug-ins de réseaux sociaux et de vidéos, qui exploitent des cookies, sont présents sur ce site web. Ils permettent d’améliorer la convivialité et la promotion du site grâce à différentes interactions sociales.

Autres cookies

Ce CMS Joomla utilise un certain nombre de cookies pour gérer par exemple les sessions utilisateurs.