logo envsn

Actualités

Actu SNOSAN: isolement par la marée, des chiffres inquiétants

index
L’isolement par la marée, un évènement de plus en plus sollicitant.

La pêche à pied ou la simple promenade au-delà de l’estran génère la mise en œuvre des services de secours quand de basiques précautions ne sont pas prises.

La consultation des horaires de marées, la prise en compte d’éléments météorologiques qui peuvent modifier ceux-ci ou tout simplement l’absence de montre sont des éléments déclencheurs.

Les décalages entre les ports principaux et rattachés peuvent générer, tant dans les horaires que dans les hauteurs d’eau, des différences sensibles.

Une dépression au large ou une rotation de vent fort peut entraîner aussi des variations sensibles ou des courants de surface rendant difficile le retour à terre.

Peut-il y avoir un risque de brume ? Quant à l’absence de montre…..

L’observation du terrain est aussi très importante, sommes-nous dans un isthme ? Le courant de marée peut-il s’inverser dans une zone périphérique avant de nous atteindre ? Le chemin du retour peut être plus long car la fatigue ou tout simplement le poids d’une bonne récolte va engendrer un déplacement plus long.

Enfin, prévenir de ses intentions (localisation, horaires) et se munir d’un moyen de communication est impératif.

Se promener ou pêcher en bord de côte a causé des décès, notamment en 2018.

Le nombre de personnes secourues ou assistées ainsi que le nombre d’opérations ne cesse d’augmenter.

En savoir plus : https://www.snosan.fr/blog/post/isolement-par-la-mareeenvase

 

L'ENVSN reçoit le label Bronze du Réseau Grand Insep

Banniere500x150 Bronze

 

Les 1er et 2 avril dernier, l'ENVSN a reçu les auditeurs du Réseau Grand Insep pour son évaluation. L’ambition du Réseau Grand INSEP est de fédérer, coordonner et favoriser la progression de centres d’entraînement, en vue d’accompagner les sportifs dans les meilleures conditions possibles.

Après délibérations, l'Ecole Nationale a optenu le label Bronze.

Le palier « Bronze » représente le premier niveau de qualité « standard » d’un centre qui s’engage dans l’accompagnement du sportif (et de son encadrement) sur le continuum de la performance. Le Label est attribué pour une durée de 4 ans, suivant ainsi le rythme des Jeux Olympiques.

La structure a été évaluée suivant les 5 piliers :

  •  L’accueil du sportif
  •  L’entraînement
  •  La formation du sportif
  •  Le médical
  •  La communication du centre

 Pour en savoir plus, Le Grand INSEP c'est quoi ?

Module "eau vive" pour les BPJEPS canoë-kayak

59899595 678609259255739 8925809177805193216 n
Les BPJEPS canoë-kayak ont passé une semaine dans les Cévennes pour suivre le module "Eau Vive".

Au programme: la partie classique du Tarn et la partie haute sur des parcours de classe III – IV magnifiques avec une eau cristalline. La formation était couplée avec la formation "Guide de Rivière" organisée avec le Comité Régional Bretagne de canoë-kayak, ce qui a permis aux stagiaires de l’ENVSN de s’aventurer sur la partie supérieure du Tarn dans des parcours engagés.

Ces cinq jours ont également permis de s’entraîner sur les différents techniques de sécurité en Eau Vive sur des cas concrets ! Les stagiaires ont également géré la vie collective et cuisiné de bons petits plats en plein air.

Journée de formation co-construite avec le syndicat mixte dunes sauvages de Gâvres à Quiberon pour les BPJEPS surf

20190522 093157

 

Mercredi 22 mai, les 13 stagiaires en formation BPJEPS surf et leur formateur Robert Yermia ont participé à une journée de co-construction à la sensibilisation des pratiquants à la protection de l'environnement organisée avec les intervenants du syndicat mixte dunes sauvages de Gâvres à Quiberon. Ambiance sympa, échanges à bâtons rompus sur les bonnes pratiques de protection de la biodiversité et l’intégration de ces pratiques dans les produits « surf » d’aujourd’hui et de demain. Ce travail au plus près avec les spécialistes en charge sur le terrain est la meilleure manière de comprendre les contraintes et opportunités fournies par l’environnement.

Dans un premier temps, les futurs professionnels du surf se sont déplacés sur le site de Mané-Gwen à Plouharnel et ont bénéficié des apports de Nicolas Le Garff, spécialiste de l’éducation à l’environnement pour le syndicat mixte.

Des échanges plus approfondis sur la thématique du développement concerté des activités surf sur un territoire ont été organisés l’après-midi dans les locaux de l’Ecole Nationale de Voile et des Sports Nautiques. La question centrale traitée par Christophe Le Pimpec, directeur adjoint du syndicat mixte du grand site était : Comment permettre aux moniteurs de devenir « co-gestionnaires » de leurs espaces de pratiques ?

Des travaux dans le même esprit sont programmés mi-juin avec des futurs professionnels du kitesurf. 

L’ENVSN est très engagée depuis plusieurs années dans les réflexions avec les gestionnaires en charge de la gestion environnementale des territoires littoraux. Le partenariat et les relations étroites entretenues permettent notamment de traiter dans les contenus de formations professionnelles, les problématiques de développement des activités nautiques tout en préservant l’environnement dans lequel s’exercent ces activités.

Stage des sélectionnés aux Youth sailing world championships

20190510 093038 02
La 21ème édition des Youth sailing world championships se tiendra à Gdynia en Pologne du 13 au 20 juillet prochains. Les sélectionnés étaient réunis à l'ENVSN du 8 au 11 mai. Ce regroupement était coordonné par Xavier Leclair, entraîneur laser au pôle France voile de Marseille et responsable national des U17-U19, qui conduira  la délégation en Pologne. Il s'était entouré de Maxime Frouin, entraîneur planche à voile au pôle France voile de La Rochelle et de Julien Lacaze, entraîneur 420/29er au pôle espoirs voile d'Antibes qui suivront également le groupe tout au long de la compétition. L'équipe était complétée par Cyril Fourier, sur place et David Lanier, à distance.

Deux objectifs étaient visés pour ce stage :

-La cohésion du groupe: apprendre à se connaître entre jeunes et entre coureurs et entraîneurs. Il s'agissait de gagner du temps pour être prêt lors de l'événement et comprendre les personnalités des athlètes, leurs forces et leurs faiblesses. Cyril Fourier, de la cellule optimisation de la performance humaine est intervenu pour étudier le profil fonctionnel et psychologique de chacun des coureurs.

-La préparation de l'événement : cette compétition est la plus importante de l'année pour cette catégorie d'âge. David Lanier, de la cellule optimisation de l'exploitation du plan d'eau a détaillé les particularités et la météo du plan d'eau. Les entraîneurs ont expliqué les modalités de l'épreuves et l'organisation sur place.

Ce championnat du monde jeunes a pour particularité d’avoir, en plus du classique classement individuel par épreuve, un classement par nation : c’est-à-dire que les résultats de chacun sont comptabilisés pour le résultat de l’équipe, donc de la nation. L’esprit d’équipe y est donc particulièrement valorisé.

Au programme de ces 4 jours:

-Activités en salle : "ce qui nous fait fonctionner et performer" avec des exercices pratiques

-Activités d'extérieur: après-midi de navigation en First Class 7.5, course d'orientation à vélo, sorties "surprises" avec comme thème récurrent la coopération dans l'équipe

Les critères de sélection au championnat du monde sont les suivants:

a) Si un sportif, une sportive ou un équipage candidat remporte ou figure sur le podium de l’épreuve nationale ou internationale de sélection de la série, il ou elle est automatiquement sélectionné(e) au YWS 2019. Dans l’hypothèse où plusieurs sportifs, sportives ou équipages français figureraient sur le podium de cette épreuve:

-Soit un sportif, une sportive ou un équipage a remporté l’épreuve. Il est alors automatiquement sélectionné(e) au YWS 2019,

-Soit les sportifs, sportives ou équipages terminent 2ème et 3ème. Le DTN apprécie et désigne la meilleure chance de réussite française au YWS 2019 parmi les deux médaillés.

b) Dans tous les autres cas, le DTN apprécie et désigne la meilleure chance de réussite française.

Qui sont les 14 sélectionnés ? Il s'agit d'un groupe de jeunes âgés de 14 à 18 ans, hétérogène en terme d'expérience. Une partie d'entre eux a participé à l'édition 2018 des championnats du monde (Corpus Christi, Etats-Unis) et pour les autres, ce sera la première grande épreuve internationale.

-Héloïse Macquaert (YC Calaisis) et Fabien Pianazza (CN Angoulins) en RS:X

-Manon Peyre et Théo Peyre (La Pelle-Marseille) en laser radial

-Titouan Pétard et Marion Declef (CN Arradon) en Nacra 15 récents vainqueurs du national catamaran

-Iona Wyper (SR Antibes) et Amélie Flandorffer (YC Cannes) en 420

-Sacha Baraz (SR Antibes) et Yannic Flandorffer (YC Cannes) en 420

-Marie Devoize et Juliette Berthier (CNBPP) en 29er

-Aristide Girou et Noah Chauvin (CNBPP) en 29er

Nous souhaitons beaucoup de réussite à la Génération 2024, individuellement et collectivement !

 

 

Ecole Nationale de Voile et des Sports Nautiques
Beg Rohu
56510 Saint-Pierre Quiberon
Tel: 02-97-30-30-30  |  Fax: 09-72-52-56-98

logo ministere Fond Social Européen