Nacra 17
Le deuxième groupe s'entraînant à l'ENVSN cet été est composé de Titouan Pétard, Lou Berthomieu, Margaux Billy, Léo Maurin, Camille Rigaud et Justin Baradat, qui constituent l'équipe de France jeunes Nacra 17.

Les objectifs de l'entraîneur, Loïc Billon, responsable national catamaran, pour cette première séquence à l'ENVSN, étaient les suivants  :

  • Naviguer, réaliser un maximum de manches
  • Affiner le matériel et les réglages du bateau
  • Tester le delta entre les jeunes et le plus haut niveau français en naviguant en fin de journée avec l'équipe de France (Delapierre/Audinet et Mourniac/Ancian)

 

des objectifs redéfinis

En tant que directeur national des équipes de France jeunes, Loïc précise les particularités de cet été exclusivement consacré à l'entraînement pour la plupart des séries:

"On a profité du report des Jeux pour conforter la préparation de Tokyo 2021 et démarrer celle de Paris 2024. L'idée est de faire se côtoyer les équipes de France et les groupes cibles pour progresser ensemble, à l'ENVSN ou à Marseille, ce qu'on avait du mal à faire les années précédentes pour des raisons de calendrier international. On insiste sur la transmission entre les générations mais aussi entre les séries par des échanges informels entre les coureurs et les entraîneurs."

A l'ENVSN, l'équipe bénéficie de l'apport de la cellule "optimisation de la performance de l'engin" qui suit les équipes jeunes comme l'équipe de France.

Manon Audinet, équipe de France Nacra17, sélectionnée aux JO de Tokyo : « Former la Relève, c’est essentiel si nous voulons que notre sport perdure dans le temps. On a la chance d’être sur un support fun, qui donne envie. C’est un support mixte, donc totalement dans l’air du temps. De voir ces jeunes arriver me donne envie de montrer l’exemple, de les faire rêver en faisant des résultats. C’est motivant aussi pour nous. Ils vont prendre un chemin qui n’est pas forcément facile. Pour atteindre l’élite, il faut avoir une envie dingue de performer, de progresser à chaque sortie, chaque navigation. Et avoir une grosse capacité de travail. C’est vraiment ce qui fait la différence en olympisme, ta capacité à travailler deux fois plus que l’équipe d’à-côté ! ».
Quentin Delapierre, équipe de France Nacra17, sélectionné aux JO de Tokyo : « Ce qui est génial, c’est qu’une filière se met en place avec ces jeunes venus du Nacra15 qui ont du niveau. Ils viendront bientôt challenger les anciens, ceux qui sont déjà en place sur cette olympiade ! C’est bon de voir que l’olympisme et ses valeurs font toujours des émules. De la part de ces coureurs, c’est une vraie décision. A mon sens, une des plus grandes à développer pour une campagne olympique, c'est l'abnégation ! Savoir se prendre des claques tout en continuant à travailler. C’est ça le truc : il ne suffit pas d’y croire si tu ne travailles pas et il faut savoir encaisser les coups, se remettre sans cesse en question, même quand on fait partie de l’élite. »