logo envsn

1989 q 23
"L'avoir croisé suffit à ne pas l'oublier"

Né la même année que la reine d'Angleterre et Fidel Castro (dixit le doc), Joseph Tacher est décédé mercredi 6 novembre, laissant un grand vide derrière lui. Son humanité, son dévouement, sa modestie et son humour ont marqué tous ceux qui l'ont côtoyé et leur manqueront longtemps.

Nous tenons à rendre un hommage ému à cet homme qui a dédié beaucoup de son temps et de son énergie à améliorer la vie de ses semblables. Depuis presque 50 ans, il a accompagné notre établissement, son personnel, les sportifs et cadres de la Fédération Française de Voile de bien des manières, par une présence discrète mais active jusqu'à ses derniers jours. Ce portrait forcément incomplet est émaillé des témoignages et souvenirs d'une partie d'entre eux, ainsi que d'extraits d'une interview récente, qu'il nous avait accordée en vue des 50 ans de l'ENV.

Un médecin aux multiples activités

-Un médecin vraiment généraliste. A ses débuts en 1956, aucun vétérinaire n'exerçait à Quiberon. Qu'à cela ne tienne, le doc acceptait de soigner les animaux comme les humains. Quand un vétérinaire patenté s'est installé, il a fait cette réflexion : "ça va me faire de la concurrence!"

Il a été aussi le médecin des îles Houat et Hoëdic, capitaine des pompiers et de la protection civile aéroportée. (vidéo ci-dessous)

-Un médecin du sport "formé sur le tas"

Joseph Tacher a assisté à la création officielle de l'ENV en 1970. Quand le premier directeur, Joseph Chartois, s'est mis en quête d'un médecin pour son établissement, il a pensé à lui.  "C'était un gallo comme moi, vous savez, il y a deux sortes de bretons. Il était presque de mon pays, du nord de l'Ille-et-Vilaine. C'est comme ça que je suis entré à l'Ecole Nationale de Voile, comme généraliste parce qu'il fallait un médecin."

"Et puis après, la fédération [de voile] avait besoin d'un médecin pour l'équipe de France, comme j'étais sur place, quand ils venaient à l'ENV, je les aidais. Et puis après, ils m'ont emmené sur les championnats d'Europe, les championnats du monde...et même les jeux olympiques de Montréal en 1976, d'Atlanta en 1996 et les pré-olympiques de Talinn en 1979"

"Il a tellement été présent et disponible pour accompagner nos jeunes années de navigation au Beg Rohu mais aussi à Kiel, Tallinn et sur tant d’autres plans d'eau...Souvenir des chocolats chauds, des petits goûters à l'arrivée des longues journées de navigation dans le vent à Kiel , Medemblik, Hyères..." (Claire Fountaine)

"Combien de bons souvenirs de déplacements avec « Doc » et quel accueil à l’ENV : le thé et les tartines à la confiture dans le coffre de la Polo blanche au retour (parfois de nuit) des entraînements... La patte du chat pour tamponner la licence.. Les Aspro qui trainent au fond des poches..." (Nicolas Hénard)

"Que de bons moments partagés avec le doc sur l'eau et à terre lors de nos périples avec les 470. Je me souviens de l'avoir eu sur l'eau toute la semaine durant le championnat d'Europe des 470 à Tallinn, un tres grand souvenir! Toujours bienveillant, à l'écoute, disponible pour répondre aux nombreuses sollicitations et dans une amniance conviviale avec cette jeune équipe. Un grand monsieur qui nous a accompagnés jusqu'au bout."

"Et puis j'étais un fidèle de la semaine olympique de Kiel, où je suis allé de 1974 à 2009". Joseph était un parfait germaniste, il aimait l'Allemagne et y a rencontré sa seconde épouse, Silke.

"Un médecin mais un incroyable monsieur. On avait l'impression qu'il faisait partie intégrante de l'ENV ou du Kieler Olympia Zentrum, ses deux spots préférés. Il te faisait oublier en une boisson chaude tout ce que tu pouvais ruminer de ta journée sur l'eau. Et en fait, tu réalisais que Joseph n'était pas que présent à Kiel et à Saint-Pierre-Quiberon mais partout. Merci pour tout Doc."

"Une belle personne, il a rendu mes retours de nav' à Kiel plus douces avec ses petites attentions."

"Grand merci à lui pour sa gentillesse, son caddy Mercedes caché à Kiel avec ses gâteaux au retour de nav'. Il va nous manquer."

Le docteur Tacher n'était pas titulaire de la "capacité" médecine du sport. Il a tout de même accompagné de nombreuses thèses sur la médecine de la voile, organisé des colloques à l'ENV sur ce thème et compilé ce qu'il appelait son bréviaire : Médecine et voile. Munich 72 à Séoul 88.

Il a également effectué de nombreux contrôles anti-dopage en tant que médecin assermenté, sur tout type d'épreuve. "La première, c'était il y a longtemps, je devais contrôler les participants à une course de vélo en tandem, un voyant devant et un non-voyant derrière, dans le centre de la Bretagne. Après, j'ai aussi contrôlé les concurrents du Spi Ouest-France notamment."

Un homme engagé

"un grand monsieur toujours à l'écoute et généreux, un super homme, un ami, un papa et de belles valeurs, un grand monsieur qui veillait sur nous, il aimait sincèrement les gens, à l'écoute de tous, une très belle personne à nos côtés"

Les engagements personnels du docteur étaient si nombreux qu'il est difficile d'en dresser une liste exhaustive. Lors de notre entretien, le premier souvenir de cet engagement concernait la Pologne dès 1981. A l'époque, des coureurs de l'équipe de voile polonaise s'entraînaient fréquemment à l'ENV. Joseph avait sympathisé avec eux et notamment avec Krzysztof Zawalski, qui restera un fidèle ami. Aidé de Pierre Saint-Marty, alors directeur de l'ENV, le docteur avait organisé 3 convois de vivres et de vêtements en direction de la Pologne, colis transitant avec l'étiquette "habits sacerdotaux". Il avait également réussi à trouver une voiture pour les coureurs polonais, pour faciliter leurs déplacements.

Et ça ne s'est jamais arrêté...Le téléphone portable qui l'accompagnait partout sonnait très souvent. Toujours attentif aux autres, le docteur avait à coeur de rendre service, de combattre les injustices sociales, fidèle à ses engagements et à ses amis.

"Je fais un peu de social c'est vrai. Je suis engagé surtout dans l'aide alimentaire. Quand je vois le gâchis de la nourriture, avec mes petits moyens, on essaie de ramasser dans les supermarchés et puis on distribue dans la presqu'île, tous les jeudis." Il a tour à tour été bénévole de la Banque alimentaire, des Restos du cœur à travers le canton de Quiberon et Belle-Ile et de la Conférence Saint-Vincent de Paul.

"Une très belle personne, toujours disponible et un anti-gaspi avant l'heure. Toujours un médicament à te donner dans les poches... ou un conseil médical, une prescription non facturée..."

A l'ENV, il a beaucoup oeuvré au sein de l'Amicale et de l'association du personnel dont il a été longtemps président. Il a aussi beaucoup donné de son temps et de son attention aux personnels, stagiaires et sportifs, alors même qu'il n'était plus le médecin de l'école mais l'ami, le protecteur des uns et des autres, sans jamais rien attendre en retour.

Témoignages

Scan10049
"On se souvient de ses boissons chaudes et des gâteaux périmés sur le parking après la nav', de ses vaccins tout aussi périmés administrés au cul de sa vieille bagnole et surtout de sa belle personne....et de son caddy en haut des cales de mise à l'eau... Soigné au cul de la camionnette avec distribution gratuite de médicaments, talkie-walkie sous le bras. C'était lui. Les valeurs morales dont il a toujours fait preuve lui survivent et nous en sommes les héritiers. Une chic et belle personne s'en va, au revoir...Une très belle personne d'une bienveillance permanente nous quitte mais reste gravée en nous tous....Quelle personnalité, quel doc, il a sauvé énormément de vies dont quelques voileux, bon vent Doc', on ne t'oubliera pas...Jo avait toujours le mot ou l'action adéquate vis à vis de chacun. Par son empathie, son écoute et sa bienveillance, il nous a montré et transmis de  très belles valeurs humaines. Le Doc ne laisse que de beaux et bons souvenirs dans son sillage. Merci à lui pour cela...Bon dernier voyage le Doc, tu étais une si belle personne...

...Je retrouve de la douceur quand je repense aux attentions que Joseph savait procurer avec son ton direct, un peu saccadé et parfois bourru. Pour ma part, je garde en mémoire des points de suture après une sortie...arrosée. Sans hésitation, il a sorti le fil et l'aiguille et s'est lancé dans la couture à vif. C'est un bon souvenir à mi chemin entre l'assistance et la punition...et surtout sans la moindre sensation d'être jugé. Je me souviens aussi avec jubilation de ses voitures qu'il cabossait consciencieusement!

...Les points de suture à vif, ce n'était pas pour nous punir mais plus une philosophie. Je le revois me recoudre sur le coin de table de sa cuisine en me disant : t'es un costaud toi, j'ai pas besoin de t'anesthésier et de toutes façons, il te faut quatre points et pour l'anesthésie, il faut que je pique en deux endroits, alors, c'est pas la peine qu'on s'embête.

...J'ai eu aussi droit aux points de sutures et aux cakes/yaourts périmés. Tristesse...mais espoir tant que des bénévoles de ce genre seront à nos côtés

...Huit ans d'organisation du championnat de France minimes à l'ENV et Jo a toujours répondu présent, ramenant plein son coffre de petits gâteaux et les distribuant au retour de nav' de nos jeunes sportifs. Ton sourire et ton grand coeur nous manqueront Jo..."

Les gens continuent à exister tant qu'on s'en souvient. Repose en paix Joseph, simplement merci et bon voyage.

 

 

Souvenirs de son ami Pierre Saint-Marty, ancien directeur de l'Ecole

A l'ENV, il était comme chez lui, était très proche de tous les membres du personnel, aussi bien des ateliers, de l'administration, des cuisines, de l'internat ou des enseignants, il connaissait chacun personnellement. Il restait de longs moments, devant les ateliers, à regarder les enseignants et leurs stagiaires.

Hoëdic

Vous savez qu'il était médecin des îles et qu'à ce titre il allait, avec l'hélicoptère de de la Protection Civile, assurer les consultations dans un petit local à Hoëdic, pendant que les deux pilotes de l'hélico étaient accueillis par Fernande, la bonne du curé (du Recteur) à la cure ou j'étais aussi convié lorsque je faisais partie du voyage. A cette époque il y avait une sorte de pharmacie, à Hoëdic, tenue par une vieille sœur, qui distribuait des médicaments.
J'ai une anecdote, qui ne touche pas Joseph directement, mais qui est le résultat de ses visites : un matin, alors que nous prenions le café chez Fernande, Fernande, à plusieurs reprises, nous avait fait part d'un gros problème pour la population de l'île: il n'y aurait pas de pain sur l'ile ce jour-là, le boulanger et son mitron ayant pris une cuite la veille au soir n'avaient pu assuré la fournée. Mais Fernande avait pu contacter le boulanger de Houat qui pouvait fournir le pain désiré. Alors l'hélico, les deux pilotes et moi-même sommes allés sur l'île voisine pour ramener, dans un grand carton, le pain pour toute l'île. Joseph n'était pas directement impliqué, mais cela montre combien il était proche des évènements liés, indirectement, à sa présence sur l'île.
Il a été, en partie, impliqué dans la décision de l'ENV de proposer, en juillet août, un stage de voile gratuit, pour les enfants d'Hoëdic, avec un prof de l'ENV et des petits cata que l'on remorquait la semaine précédente. Un peu plus tard, il y avait sur l'île, une séance de cinéma pour les parents qui pouvaient voir l'activité de leurs enfants. (Je crois que c'est Philippe Neiras, prof à l'ENV qui m'a dit qu'il n'avait jamais aussi bien mangé, invité tous les soirs par des parents, la plupart pêcheurs)

La Pologne

Le Docteur Tacher était déjà en relation personnelle avec un responsable de l'Université de Gdansk avant mon arrivée à Quiberon en 1983 (Krzysztof Zawalski).
En 1985 je crois, on avait obtenu un ordre de mission, pour trois personnes, pour établir des relations avec l'Université de Gdansk et assister au Championnat du Monde de char à voile sur glace.
Il faut savoir que le Docteur Tacher récupérait, auprès des pharmaciens de la région, des médicaments non utilisés dont il faisait profiter des personnes qui en avaient besoin, dont la Pologne et Gdansk. C'était Jean-Yves Le Roux, prof à l'ENV, qui faisait partie du voyage avec Tacher et moi-même.
Dr Tacher était responsable des colis, mais il était loin d'être un spécialiste et quand je les ai retrouvés à Orly, un caddie était chargé de quatre ou cinq gros cartons de médicaments, mal ficelés, avec inscrit en grosses lettres« HABITS SACERDOTAUX».
Nous n'étions pas fiers en arrivant à la douane de l'aéroport de Varsovie, alors sous grosse influence de la Russie, avec notre caddie et nos cartons ... et nous sommes passés avec nos habits sacerdotaux et une assez grande inquiétude. Mais comme on était venu nous chercher depuis Gdansk en voiture, nos cartons ont dû rester en consigne à Varsovie.
Nous n'avons pas trop vu le paysage, parce que nous étions tous les trois assis à l'arrière de cette voiture qui manquait de coussin sur la banquette, et nous avions les yeux juste un peu plus bas que les vitres.
Nous avons été fort bien accueillis plusieurs jours à l'Université. Je partageait la chambre avec le Docteur et on nous a conduit sur les lieux du Championnat du Monde de char à voile sur glace, qui se déroulait quelque part au nord de Gdansk, sur la lagune, pas loin de la frontière avec la Russie. Nous avons assisté aux épreuves de la journée et bénéficié du repas servi pour tout le monde, sur la glace. Dans l'après midi, M. Tacher est venu me trouver en me disant qu'il avait froid aux pieds et, en regardant ses pieds, j'ai constaté qu'il était chaussé comme pour aller à la plage ... et ça, c'était bien du Tacher.
Il nous a «abandonnés» à Gdansk pour partir vers l'Allemagne où il devait retrouver celle qui allait devenir son épouse, en nous laissant avec Jean-Yves Le Roux nous débrouiller à la gare de Varsovie pour que les habits sacerdotaux du Docteur Tacher puissent terminer leur voyage et être utiles.

 

 

 

 

 

 

Ecole Nationale de Voile et des Sports Nautiques
Beg Rohu
56510 Saint-Pierre Quiberon
Tel: 02-97-30-30-30  |  Fax: 09-72-52-56-98

logo ministere Fond Social Européen