49er
Du 6 au 22 avril, 7 équipages de 49er sont regroupés à l'ENVSN. Il s'agit des 3 équipages de l'équipe de France (Lucas Rual/Emile Amoros, Kevin Fischer/Clément Péquin, Erwan Fischer/Noé Delpech) encadrés par Manu 
Dyen et des 4 équipages de l'équipe relève encadrés par Françoise Le Courtois.

Au programme : naviguer, mesurer, échanger

Le container rempli du matériel qui partira aux J.O. de Tokyo sera chargé à la fin du mois à Marseille. Il s'agit donc de choisir les deux bateaux, les voiles, les dérives... avec le plus d'objectivité possible.

L'équipe vient de recevoir deux bateaux neufs, initialement prévus pour la nouvelle olympiade. Il ne reste donc que peu de jours pour effectuer les mesures et tester les bateaux en navigation afin d'effectuer le choix final du matériel. Paul Iachkine et Yves Clouet du laboratoire de mesures sont donc sollicités pour scanner, mesurer, évaluer...en concertation avec les coureurs et les entraîneurs.

Mesures derive
Manu Dyen: "Avoir deux
bateaux de plus alors qu'on a déjà de bons bateaux, c'est une chance de pouvoir les mettre en concurrence pour voir si on trouve encore mieux. On a aussi fait pas mal de tests de voiles et de pré-choix de voiles que l'on mesure en voilerie pour confirmer si ça va dans le sens des voiles qu'on aime ou pas. On a déjà une bonne sélection, du matériel qui est performant et le délai est très court. On part donc du postulat que nos bateaux sont déjà bons et que si par hasard, il y a un des nouveaux bateaux qui sort du lot, on le prendra. C'est un peu le choix du roi !"

L'autre objectif du stage, c'est la réunion de tous les équipages français en 49er. Les entraînements sont distincts mais chaque jour, les sept bateaux sont réunis pour courir une manche. Cela permet de maintenir l'émulation dans le groupe et de faire progresser tous les équipages.

Manu Dyen : "C'est super d'être sur le même site même si on ne partage pas tous les entraînements, il y a déjà tous les échanges à terre et  donc c'est vraiment bien pour la transmission entre les générations, entre les groupes et puis pour la relève, c'est aussi intéressant de pouvoir se mesurer à nous un petit peu tous les jours."

Enfin, les entraîneurs ont profité de la présence de l'ensemble des coureurs de la série pour procéder aux tests physiques annuels effectués par Cyril Fourier et Xavier Mondenx de la cellule optimisation de la performance humaine de la FFVoile "pour voir s'il n'y a pas de problème et suivre les athlètes sur le plan médical, et donc on a profité d'être tous là en même temps pour faire venir les préparateurs."

Une année olympique compliquée

L'équipe vient de passer 6 mois en Espagne et au Portugal avec pas mal de confrontation avec des équipes étrangères : "même si on ne peut pas régater, on a quand même eu la chance d'avoir pas mal de monde au même endroit pour s'entraîner".

Après quelques semaines sur le sol français, une fois le container prêt pour le Japon, les 3 équipages reprendront le chemin de l'Espagne, à Santander. Manu Dyen : "On a la chance de faire partie d'un groupe de 10 bateaux dont les meilleurs mondiaux, il y a d'ailleurs 2 médaillés olympiques dans le groupe. Tous les prétendants au podium olympique y sont. Comme notre groupe est très fort, on est invités dans ce genre de regroupement très fermé. Début juin, le mouvement se fera vers le nord pour la seule régate maintenue pour le moment à Medemblik (Pays-Bas), et puis après ce sera le dernier mois de préparation."

A la question "Comment on fait, en tant qu'entraîneur, pour faire face à l'incertitude de la période et maintenir la motivation du groupe ?", Manu soupire et répond "Oui, il faut trouver des pistes à chaque fois. Heureusement qu'on a pu s'entraîner avec les étrangers. Ce qui est compliqué, c'est que toutes les semaines ou toutes les 2 semaines, je change tout mon programme, toutes mes réservations et toute ma logistique."

Et la Covid est toujours présente dans les esprits. Un seul cas positif dans le groupe et tout est remis en question, et cela jusqu'aux Jeux pendant lesquels tous les membres de l'équipe de France seront confinés dans le même hôtel, les seuls déplacements autorisés seront pour se rendre à la base nautique. En cas de contagion, c'est l'ensemble de groupe qui serait impacté. Compliqué jusqu'au bout!

Ecole Nationale de Voile et des Sports Nautiques
Beg Rohu
56510 Saint-Pierre Quiberon
Tel: 02-97-30-30-30  |  Fax: 09-72-52-56-98

Paramétrages de cookies

×

Cookies fonctionnels

Ce site utilise des cookies pour assurer son bon fonctionnement et ne peuvent pas être désactivés de nos systèmes. Nous ne les utilisons pas à des fins publicitaires. Si ces cookies sont bloqués, certaines parties du site ne pourront pas fonctionner.

Mesure d'audience

Ce site utilise des cookies de mesure et d’analyse d’audience, tels que Google Analytics et Google Ads, afin d’évaluer et d’améliorer notre site internet.

Contenus interactifs

Ce site utilise des composants tiers, tels que NotAllowedScript616c25542e631ReCAPTCHA, Google NotAllowedScript616c25542e459Maps, MailChimp ou Calameo, qui peuvent déposer des cookies sur votre machine. Si vous décider de bloquer un composant, le contenu ne s’affichera pas

Réseaux sociaux/Vidéos

Des plug-ins de réseaux sociaux et de vidéos, qui exploitent des cookies, sont présents sur ce site web. Ils permettent d’améliorer la convivialité et la promotion du site grâce à différentes interactions sociales.

Session

Veuillez vous connecter pour voir vos activités!

Autres cookies

Ce CMS Joomla utilise un certain nombre de cookies pour gérer par exemple les sessions utilisateurs.