Actualités
Fin du stage préparatoire pour Courrier Dunkerque et Groupama PDF

Le Spi Ouest France commence aujourd’hui. Les 9 équipages de M34 seront sur la ligne de départ demain vendredi 18 avril. Venus s’entraîner à l’ENVSN toute la semaine, les équipages de Groupama et de Courrier Dunkerque ont bénéficié de l’expérience et des conseils de Pierre Alexis PONSOT, professeur à l’ENVSN.

Ce stage préparatoire s’est clôturé hier après avoir finalisé la préparation des gréements. De plus, nouveauté cette année sur le Spi Ouest France et sur le Tour de France à la voile, l’équipage des M34 n’est plus composé de 8 coureurs mais de 7. Durant ce stage préparatoire, il fallait faire tous les ajustements nécessaires pour les manœuvres, puisque cette nouvelle règle change l’organisation de l’équipage. Ce stage s’est terminé par une série de 6 navigations sur la zone de course du Spi.

20140417© Pierre-Alexis PONSOT - ENVSN

 
Évènement à l'ENVSN : Mise à l'eau de Pen Duick II PDF
Hier, mercredi 16 avril, un monument a rejoint son élément de prédilection : la mer. C’est à l’ENVSN, que Pen Duick II a été mis à l’eau. Après une présence au salon nautique, Pen Duick II est resté dans le hangar de l’ENVSN, bichonné par son skipper David Alexandre. C’est sous un magnifique soleil qu’il a regagné la mer, ce mercredi.

Le programme de ce Pen Duick est chargé :


  • Navigation à la journée

Programme : Au départ de Port Haliguen, sortie vers les îles du Ponan ou le Golfe du Morbihan ou la Trinité Sur Mer, en fonction de la météo.

Objectifs : Apprentissage de la conduite d’un voilier, approche des règles de sécurité et de route, participation aux manœuvres et à la navigation à partir de cartes marines.

Niveau requis : Débutants motivés acceptés.

Dates : 21, 22, 23 et 24 Mai 2014,

2, 3, 4, 5, 6 et 7 Juin 2014,

1, 2, 3, 4, 5 et 6 Septembre 2014,

1, 2, 3 et 4 Octobre 2014.


  • Course Croisière

Programme : Le convoyage aller permet une prise en main du bateau, mise à disposition du Comité de course.

Objectifs : Optimisation des manœuvres, course en flotte de yachts classiques.

Niveau requis : Avoir déjà participé à une croisière côtière. La licence FFVoile et le certificat médical sont obligatoires.

Dates : Tour de Belle-Ile, du 8 au 11 Mai 2014,

Régate classique en Baie de Quiberon, du 26 mai au 1er Juin 2014,

Plymouth/La Rochelle, du 28 Juillet au 10 Août 2014 (retour à Quiberon le 10),

Voile Légende La Baule, du 12 au 17 Août 2014,

Classique du Grand Pavois, du 18 au 23 Septembre 2014.


  • Croisière

Programme : Navigation diurne et nocturne avec escale, si possible, au départ soit de Quiberon, soit de Royan.

Objectifs : Apprentissage de la conduite d’un voilier, approche des règles de sécurité et de route, participation aux manœuvres et à la navigation à partir de cartes marines.

Niveau requis : Débutants motivés acceptés.

Dates : Quiberon -> Lorient, 16 Mai 2014,

Lorient -> Quiberon, 19 Mai 2014,

Quiberon -> Bordeaux, du 1er au 3 Juillet 2014,

La Rochelle -> Plymouth, du 21 au 26 Juillet 2014.

Pour toute information, contactez le secrétariat sport au 02 97 30 30 40 ou par mail : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. .

P1000362

P1000367

P1000371

P1000381

P1000383

P1000386

P1000398

© ENVSN

 
L'interview de Stéphane Corbinien PDF

L'interview de Stéphane Corbinien, manager de l'équipe de France vice-championne du monde de surf ISA juniors 2014 à retrouver sur Daily Motion.

Capture

 
SURF : Etienne champion du monde, la France 2ème par équipes PDF

Le jeune (15 ans) Léo-Paul Etienne est devenu champion du monde U16 ce dimanche à Salinas (Equateur). Kim Véteau prend, elle, la deuxième place chez les filles en U18. Au classement général, la France décroche la médaille d'argent par nations derrière Hawaii mais devant l'Australie (3e) et les Etats-Unis (4e). Le meilleur résultat de son histoire.

Il n'a que 15 ans mais son sang-froid, sa maturité et sa technique dans les vagues ont bluffé la planète surf. Les Mondiaux juniors ISA, véritable incubateur des futurs meilleurs surfeurs au monde ont révélé Léo-Paul Etienne. Un Guadeloupéen de St François, aussi discret dans la vie qu'explosif sur les vagues. Léo a traversé ses Mondiaux comme une balle. Impressionnant les juges par son attaque de dos sur le spot de la Fae, une longue gauche capricieuse. Sauf ce dimanche où elle a déferlé à plus de 2m50 pour les finales. Et dans le bon sens pour le jeune garçon.

« Léo » au plus haut

Dans ces conditions dantesques, l'Antillais s'est cru presque comme à la maison, au Moule, une vague similaire, qu'il surfe régulièrement. Véritable machine, Léo a enchaîné les manoeuvres, fracassant toutes ses vagues à grands coups de rollers bien hauts. Et même s'il a souvent chuté en fin de vague, ce qu'il avait fait avant fut, finalement, suffisant.

En tête de sa finale dès sa première vague, il n'a jamais lâché la pôle, mettant la pression sur les deux Américains Nolan Rapoza et Griffin Colapinto, présentés dans tous les médias spécialisés comme deux cracks, et qui s'imaginaient déjà avec l'or autour du cou. En fait, personne n'a vu venir l'extra-terrestre Léo-Paul Etienne. Une frimousse d'ange, un guerrier en compétition. Ses aller-retours non-stop en finale et les efforts physiques produits, ont démontré qu'il avait tout d'un futur grand.

Le quatrième Français champion du monde junior

Sur la plus haute marche du podium, son sourire et son insouciance étaient beau à voir. Sans doute ne le sait-il pas, mais il a succède à des surfeurs comme Gabriel Médina, Joel Parkinson, Jordy Smith, Julian Wilson ou encore Tom Curren.

Il devient le quatrième Français à remporter un titre mondial aux ISA World Juniors après le Tahitien Vetea David (1986), la Basque Pauline Ado (2006) et la Réunionnaise Cannelle Bulard (2011).

La France, et la Guadeloupe, auraient pu conquérir un second titre mondial, en cette fin de semaine sud-américaine. Kim Véteau avait été impressionnante en finale des repêchages avec une vague énorme et la meilelure manoeuvre de toute la compétition féminine (9 pts sur 10). Mais en finale, elle est tombée sur un os hawaïen.

Véteau s'est battue jusqu'au bout

Tatiana Weston-Webb, déjà vainqueur l'an dernier au Nicaragua, a conservé sa couronne mondiale en survolant la finale. En deux vagues, 9.83 + 8.33 pts, elle a éclipsé ses trois adversaires. Longtemps dernière de la série, Véteau s'est réveillée dans les dix dernières minutes pour repasser à la deuxième place. Un effort considérable pour celle qui aura passé trois séries et plus d'une heure dans l'eau ce dimanche matin. Sans doute a-t-elle d'ailleurs payé ses efforts alors qu'elle aurait pu se qualifier directement pour la grande finale et ne pas passer par les repêchages.

La Guadeloupéenne promet l'or en 2015

Un jugement aléatoire, un centième de point (6,10 pour une vague alors qu'un 6,11 la qualifiait), et Kim Véteau, est repartie au combat au lieu de se reposer. Elle a ensuite souffert en finale. En trois participations aux Mondiaux juniors de l'ISA, la jeune femme (17 ans) atteint toutefois sa première finale alors qu'elle avait toujours buté avant (5e l'an dernier). Cette médaille d'argent lui a donné le sourire et lui permet de croire en ses chances pour 2015. Car c'est promis, Kim reviendra avec un seul et unique objectif : le titre mondial.

Le titre d'Etienne et la deuxième place de Véteau ont bousculé la hiérarchie et fait basculer l'équipe de France dans une autre dimension. Après avoir fait le yo-yo tout au long de la semaine au classement des nations, la France est passée de la 4e place dimanche matin à la deuxième au final !

Un finish de folie pour l'équipe de France

Un véritable exploit quant on sait qu'elle termine à seulement 296 pts de Hawaii. Une broutille, un tour de plus pour n'importe lequel des 10 autres surfeurs de l'équipe, aurait apporté ces points. Les sentiments sont forcément mitigés dans le camp français car ce fameux titre par nations derrière lequel la Fédération Française de surf court depuis si longtemps n'est jamais apparu aussi proche.

A la fois accablé et fier de ses troupes, le Team manager Stéphane Corbinien a voulu féliciter le travail de tout le staff et de ceux qui ont travaillé depuis plusieurs mois et années pour arriver à ce formidable résultat. Notamment, le head coach Patrick Florès, le stratège technique des équipes de France, malheureusement absent cette année en Equateur. Avec lui en plus, qui sait ?

L'Australie et les USA repartent sans un seul titre

Mais avec des si, la France serait depuis longtemps championne du monde. Savourons donc ce bonheur d'avoir fait trembler les plus grandes nations du surf mondial. Savourons le fait d'avoir repoussé les Hawaïens dans leurs retranchements. D'avoir ridiculisé les Américains et leur contingent de 15 coaches, et d'avoir doublé les Australiens qui se voyaient déjà maîtres du monde. Les deux places fortes du surf international depuis des décennies repartent d'Amérique du Sud sans un seul titre puisque Hawaii enlève les deux titres féminins et que c'est un Brésilien qui s'impose en U18.

Il s'est passé quelque chose ce dimanche en Equateur. Plus jamais les autres pays ne regarderont la France comme un faire-valoir. Elle est vice-championne du monde et prépare déjà sa campagne 2015. Avec un seul objectif. Devinez lequel !

 

REACTIONS

Léo-Paul Etienne : « C'est incroyable ! Pour un premier championnat du monde ! Quand je suis venu ici, je rêvais de gagner. J'y pensais, mais je ne croyais pas que c'était possible. En finale, j'ai pris pas mal de vagues. Mais j'ai beaucoup chuté. Il y avait beaucoup de courant. J'ai réussi à avoir mes deux bonnes vagues et à impressionner les juges avec mon surf backside. La médaille d'argent est celle de toute l'équipe ! Je me suis pas mal entraîné avec le Pôle espoirs de la Guadeloupe, avec mes coaches physique et technique. Je vise maintenant la sélection pour les championnats d'Europe (en septembre, aux Açores) et j'espère les gagner ! »

Kim Véteau : « Quand j'ai vu que Tatiana Weston-Webb (Haw) avait eu deux gros scores, j'ai su que c'était raté. J'ai voulu assurer ma seconde place pour marquer un maximum de points pour l'équipe. Je termine fatiguée mais contente car je finis deuxième et je vais rentrer chez moi avec ma médaille. Je reviendrai l'an prochain pour mes derniers Mondiaux juniors. L'an dernier, j'ai fait 5e, cette année 2e. Donc l'année prochaine, le seul résultat possible est de gagner ! »

Stéphane Corbinien (team manager) : « Très honnêtement, l'objectif était de terminer champion du monde. On est frustré car on passe de très près à côté de ce titre. Ça se joue à quelques détails. Une vague, un surfeur qui passe un tour de plus. Mais il y a quand même de la satisfaction car le travail fait a été extraordinaire. L'équipe a été incroyable tout au long. On peut donc être heureux, on a un champion du monde, une vice-championne du monde. On s'installe dans le haut de la hiérarchie mondiale. Les autres équipes, comme l'Australie et les USA, ne s'y attendaient pas. Léo-Paul (Etienne) est un surfeur si intelligent, tellement abouti techniquement. Il est capable de tout. On avait une petite inquiétude sur son mental. On l'a protégé, et il s'est bien senti dans cette équipe. Il a mystifié tout le monde. Son titre est un véritable exploit. Il va aller loin. Il va revenir chercher des titres avec l'équipe de France. Kim (Véteau) a fait un championnat magnifique. Elle perd à la régulière en finale même si elle avait les qualités pour gagner. Elle a fait une finale incroyable, elle a été énorme physiquement. Merci à elle. Et merci à tous ceux qui nous ont permis de terminer à cette deuxième place. Ce résultat est le fruit du travail de la DTN, de Patrick Florès, des coaches présents cette semaine comme ceux qui n'étaient pas là. Je pense aussi aux formateurs dans les clubs. Tous ces gens sont récompensés par cette belle médaille. »

 

Les résultats des Français ce dimanche

Garçons U16

Finale

1. Leo-Paul Etienne (FRA) 7.27 + 5.17 = 12.44 pts

2. Joe Van Dijk (AUS) 6.33 + 5.53 = 11.86 pts

3. Nolan Rapoza (USA) 8.50 + 3.07 = 11.57 pts

4. Griffin Colapinto (USA) 4.40 + 2.53 = 6.93 pts

Filles U18

Finale

1. Tatiana Weston-Webb (HAW) 9.83 + 8.33 = 18.16 pts

2. Kim Veteau (FRA) 6.33 + 5.53 = 11.86 pts

3. Tia Blanco (USA) 4.80 + 4.57 = 9.37 pts

4. Leilani McGonagle (CRI) 4.17 + 2.30 = 6.47 pts

Finale U18 garçons

1. Luan Wood (BRA)

Finale U16 filles

1. Mahina Maeda (HAW)

 

Le classement final des nations
(30 nations engagées)

1. Hawaii 21.168 pts

2. France 20.872 pts

3. Australie 20.628 pts

4. USA 18.418 pts

5. Brésil 17.476 pts

6. Pérou 15.062 pts

7. Japon 14.820 pts

8. Afrique du Sud 14.618 pts

9. Portugal 13.852 pts

10. Nouvelle-Zélande 13.474 pts


Article à retrouver sur le site de Fédération Française de Surf.

b9def02b6d20f4f0adb6e889f99af491_L

© Fédération Française de Surf

 
SIGNATURE D'UNE CONVENTION ENTRE L'ENVSN ET LA FFRANDONNÉE PDF

Madame Claude Hüe, présidente de la Fédération Française de la Randonnée Pédestre et Madame Isabelle Eynaudi, directrice de l’Ecole Nationale de Voile et des Sports Nautiques (ENVSN) ont signé le samedi 22 mars, à l’occasion de l’assemblée générale de la FFRandonnée, une convention cadre.

Cette convention repose essentiellement sur la mise en place d’un partenariat technique, pédagogique, matériel et logistique entre ces deux structures pour le développement de la pratique de la marche aquatique côtière en France.

La Marche Aquatique Côtière ou Longe côte sont deux noms pour qualifier une pratique sportive qui consiste à marcher en milieu aquatique au bon niveau d’immersion (à une hauteur d’eau située entre le nombril et les aisselles) avec et sans pagaie. Cette pratique connexe à la randonnée pédestre aujourd’hui en plein essor est de plus en plus proposée au sein des clubs affiliés à la FFRandonnée.

Face à cet engouement, la FF Randonnée a sollicité l’ENVSN pour la soutenir dans le développement de cette pratique sportive mais aussi dans l’organisation et l’encadrement de cette dernière à travers des stages d’entraînements en apportant son soutien technique, pédagogique, matériel et logistique.

Dès 2014, sont prévus trois axes prioritaires de partenariat :

Le soutien à la pratique sportive avec l’accueil du 2ème regroupement des référents Marche aquatique côtière au sein de l’ENVSN, des comités départementaux et régionaux de randonnée pédestre situés en zone littorale.

Un volet formation est aussi prévu, avec la mise en place de deux stages de formation des animateurs FF Randonnée au sein de l’ENVSN et une démarche de sensibilisation du personnel de l’Ecole à cette pratique nautique. Les professeurs de l'ENVSN effectueront des interventions pédagogiques sur deux thèmes prioritaires : "la protection de l'environnement et le milieu aquatique" et "le pratiquant : physiologie, bienfaits et risques sur la santé »

L’ENVSN apportera aussi son expertise sur une étude de faisabilité de systèmes de sauvetage individuel adaptés à la marche aquatique côtière et au longe côte en lien avec les équipementiers spécialisés.

Article rédigé par la Fédération Française de Randonnée.

P1070561

© Christophe MARTINEZ - FFRandonnée

 
<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>

Page 1 sur 38