Actualités
Félicitations à Erwan Le Roux et Lalou Roucayrol sur la Route du Rhum - Destination Guadeloupe PDF

Pari réussi pour l’ENVSN sur l’édition 2014 de la Route du Rhum - Destination Guadeloupe

Ils étaient venus à l’ENVSN sur un stage de préparation terminale. Aujourd’hui, ils terminent 1er et 2nd dans la catégorie Multi 50 sur la Route du Rhum - Destination Guadeloupe 2014.

Au mois de septembre, Erwan Le Roux (Fenêtré A – Cardinal) et Lalou Roucayrol (Arkéma – région Aquitaine) avaient choisi l’ENVSN pour finaliser leur préparation à la Route du Rhum 2014. Ce lieu unique leur permettait d’être en immersion totale et collaborer ensemble pour optimiser les paramètres de la performance afin de décrocher une victoire et un podium pour les deux skippers sur cette 10ème édition de la Route du Rhum - Destination Guadeloupe.

C’est un pari réussi puisque Erwan Le Roux et Lalou Roucayrol finissent respectivement 1er et 2nd dans la catégorie Multi 50. Entraînés par Pierre-Alexis Ponsot, professeur à l’École Nationale de Voile et des Sports Nautiques, ils ont axé leur préparation spécifique sur le départ, les phases de transition, les manœuvres et l’optimisation du gréement et des performances du multicoque en solitaire…

L’ENVSN a été honorée de les accueillir durant cette semaine de préparation et espère les revoir très vite pour concrétiser leurs futurs objectifs.

Toute l’équipe de l’ENVSN les félicite pour cette belle prestation.


vlcsnap-2014-11-14-15h06m32s130
 
Bravo Monsieur Peyron PDF

Loick Peyron est venu à l'ENVSN en Avril dernier. Pour les besoins d'un reportage, il a pris les commandes de Pen Duick II, le temps d'une après-midi. Son projet était alors de participer à la Route du Rhum sur un class Rhum.

Tout l'équipage de l'ENVSN le félicite pour sa belle prestation sur ce maxi trimaran. Il a su mener à bien ce géant des mers.

Bravo Monsieur Peyron !

P1000551

© MLF/ENVSN

JM_Liot_site_web

© Jean Marie LIOT/DPPI

 
Test d'entrée au BPJEPS "Plaisance" le 28 novembre PDF
Un nouveau test de sélection au BPJEPS "Plaisance" a lieu le 28 novembre à l'ENVSN.

Inscrivez vous ! Toutes les informations et le bulletin d'inscription, ici.
 
SUP : Arthur Arutkin boucle les France avec quatre titres ! PDF
Arthur Arutkin (au centre) a dominé Titouan Puyo (à gauche, 2e) et Martin Letourneur (à droite, 3e), en finale des championnats de France « course technique », ce dimanche à Quiberon.Arthur Arutkin (au centre) a dominé Titouan Puyo (à gauche, 2e) et Martin Letourneur (à droite, 3e), en finale des championnats de France « course technique », ce dimanche à Quiberon. © Photo FFSurf

Il n’a que dix-sept ans mais un talent fou ! Arthur Arutkin a archi dominé la 5e édition des championnats de France de Stand Up Paddle race, ce week-end à Quiberon. Vainqueur de la Longue distance, en Baie de Quiberon samedi, il a remporté la course technique ce dimanche. En Open et en espoirs pour quatre titre en deux jours !

 

Après sa démonstration samedi entre Port d’Orange et la Trinité sur Mer, Arthur Arutkin a remis le couvert ce dimanche à Mané Gwenn, un spot de surf bien connu sur la Presqu’île. Dans des vagues de 1m50 et plus, le Nordiste a été le plus véloce lors des qualifications et en finale. Sur un parcours particulièrement exigeant, passage de vagues, contournement de bouées au large, retour au rivage en surf, le tout trois fois, Arutkin a fait parler la puissance, la technique et le sens marin.

Arutkin avait tout pour lui

Des bras, il en fallait assurément, de la technique pour surfer les vagues sur le retour aussi, de l’équilibre également pour tenir sur le sommets des paquets d’eau venant s’abattre sur le spot des « crevettes ». Arutkin avait tout ça et confirme un an après ses places de vice-champion de France qu’il n’est plus un simple espoir mais le numéro un sur ces championnats de France.

Puyo une fois encore deuxième

Déjà deuxième samedi derrière Arutkin, le Calédonien Titouan Puyo prend de nouveau la médaille d’argent sur la « technical race ». Mais contrairement à la veille où la déception était à la hauteur du rang du champion du monde 2014 qu'il, cette place de dauphin lui convient davantage, tant il est vrai que le spécialiste de la longue distance pêche encore dans les vagues. C’est d’ailleurs en chutant sur l’une d’elle que Puyo a perdu tout espoir de revenir sur Arutkin à l’entame du dernier tour.

La jeunesse au pouvoir

Sur la troisième place du podium, le jeune breton de St Malo Martin Letourneur atteste de la bonne santé du Sup français et de la jeunesse au pouvoir. Arutkin (17 ans), Puyo (23 ans), Letourneur (18 ans) permettent à la discipline d’envisager un avenir serein.

Angibaud en trouble fête

Chez les dames, Caroline Angibaud est venu damner le pion aux spécialistes du Sup Race, elle la vice-championne du monde de la discipline mais en surf. Ceci dit, les conditions du jour étaient exceptionnelles pour la n.1 française dans les vagues. A l’aise dans le passage de la barre et dans le surf, la Vendéenne a fait la différence sur la surprenante bretonne Solange Pruvost et la Cannoise Céline Angibaud, sacrée la veille en longue distance.

Les championnats de France 2014 se referment sur cette magnifique journée ensoleillée avec des conditions idéales en Bretagne pour la pratique du Stand Up Paddle.

 

REACTIONS

Arthur Arutkin (champion de France technical race) : « C’est un super championnat pour moi avec quatre médailles d’or, deux en Open et deux en espoirs. Les conditions étaient magiques aujourd’hui, de belles vagues, le vent qui était tombé. C’était génial. Au dernier tour, c’était serré. J’ai vu qu’ils me rattrapaient et j’ai pris une vague au plus vite pour prendre de l’avance et aller m ‘échapper. Je suis vraiment très heureux de mes championnats. »

Titouan Puyo (vice-champion de France technical race) : « Cette deuxième place me satisfait davantage que celle d’hier. Sur la longue distance, j’avais des regrets, c’était un coup dur. J’ai bien progressé dans les vagues ces derniers temps. En début d’année, je n’aurais jamais pu faire ça. Arthur (Arutkin) nous a montré qu’il était le gars du week-end. Dommage que je chute sur cette vague au deuxième tour. Le travail paye sur les vagues. Mon bilan ? Deux fois deuxième, ça confirme que je suis dans le coup. »

Caroline Angibaud (championne de France technical race) : « La seule chose qui me plaisait était le passage de barre et le surf car je savais que Céline Guesdon était injouable sur le plat entre les bouées au large. J’ai eu une longue vague au début en surf, j’ai pu me reposer dessus. J’avais fait deuxième aux championnats de France à Crozon, il y a deux ans, car il y avait des vageus. C’est un autre sport la beach race, mais ça me plait quand il y a du surf. Les Mondiaux en race ? Non, non, pas du tout. Je préfère me concentrer sur le surf. Je ne peux pas tout faire. Il faut être réaliste, je n’ai pas la technique pour aller affronter les meilleurs sur le plat. »

 

CLASSEMENTS OFFICIELS

Technical Race

Messieurs

1. Arthur Arutkin (Le Grand Huit, Nord) en 30’28

2. Titouan Puyo (Big Bananas, N-Calédonie) en 32’28

3. Martin Letourneur (ESUSM, Bretagne) en 33’05

4. Yoann Cornélis (Seven Island, Bretagne) en 33’32

5. Greg Closier (Tomahawk, Brest) en 34’27

6. Gabriel Bachelet (La Cigale, Marseille), en 35’02

7. Arthur Daniel (Belharra watermen, Aquitaine) en 35’48

8. Thomas Letourneur (ESUSM, Bretagne) en 35’49

9. Dimitri Georges (Arawak, Guadeloupe) en 36’04

10. Eric Terrien (JSP44) en 36’35

Dames

1. Caroline Angibaud (Breteam, Vendée)

2. Solange Pruvost (Presqu’île, Bretagne)

3. Céline Guesdon (Paddling in Antibes, Paca)

 
SUP : Arthur Arutkin roi à la Trinité sur Mer PDF
Arthur Arutkin roi à la Trinité sur Mer

A seulement 17 ans, le Nordiste Arthur Arutkin est devenu champion de France de longue distance, ce samedi à la Trinité sur Mer. Particulièrement exigeant, technique et très physique, le parcours a entamé le peloton de 120 participants, même si 94 ont rallié l’arrivée après 13 km de course avec un fort vent de travers.

 

On savait Arthur Arutkin capable de le faire mais le downwind (vent dans le dos) annoncé pouvait laisser croire à une suprématie des deux meilleurs glisseurs français Titouan Puyo et Eric Terrien. Avec une orientation plus sud que prévue, le vent a considérablement ralenti la flotte (35 noeuds), contraint les participants a davantage d’efforts physiques et moins de plaisir dans la glisse. Aux muscles plus qu’au surf, Arutkin est allé chercher son premier titre national Open à seulement 17 ans.

Titouan Puyo abandonne son titre

Vice-champion de France l’an dernier à quelques mètres de la pépite calédonienne Titouan Puyo, Arutkin devance cette fois-ci Puyo de 90 secondes. Impressionnant en septembre dernier sur l’étape californienne des World Series à Huntington beach (7e place), le Nordiste confirme sa montée en puissance.

Troisième, le Nantais Eric Terrien a payé ses efforts sur la fin du parcours en se faisant déposer par Puyo à l’entrée de l’estuaire de la Trinité. Le capitaine de l’équipe de France a longtemps été dans le sillage d’Arutkin mais ses nombreuses chutes l’ont pénalisé.

Céline Guesdon loin devant

Chez les filles, Céline Guesdon remporte très logiquement son deuxième national d’affilée. En l’absence d’Olivia Piana (blessée), sa seule rivale sur le plan nationale, la Cannoise a dominé la course en faisant cavalier seul. Deuxième à l’arrivée, Valérie Vitry a malheureusement été disqualifiée car elle n’a pas réussi à franchir la dernière porte. De fait, c’est la Calédonienne Miranda Barrettea qui prend la médaille d’argent.

Enfin, chez les moins de 15 ans, sur un parcours tracé entre sur la presque’île de Quiberon entre l’Ecole Nationale de Voile et Port d’Orange (6 km), c’est le jeune calédonien Clément Colmas qui s’impose haut la main et avec une avance considérable (4’30) sur Lois Chardebas et Mélanie Lafenêtre.

Technical race dimanche

demain dimanche, place à la Technical race, course technique, qui se fera avec passage sur la plage à Mané Gwen. On prend quasiment tous les mêmes et on recommence pour la seconde journée des championnats de France. Le temps est annoncé au beau avec des vagues de 1m50 au déferlement, ce qui promet du spectacle du côté de Quiberon.

 

REACTIONS

Arthur Arutkin (champion de France longue distance) : « C’était vraiment difficile. J’avais fait deux fois deuxième l’an dernier dans les deux disciplines des championnats de France. Il y avait une partie très difficile avec du vent de face et de travers, il fallait vraiment forcer dans les bras. J’avais une bonne pagaie, assez courte, idéale dans ces conditions. Et une nouvelle planche Fanatic, plus légère, ça m’a permis de prendre de l’avance sur le plat face au vent. Je craignais le retour de Titouan Puyo sur le downwind et il me fallait tout faire pour avoir suffisamment d’avance sur lui. J’ai souvent regardé derrière pour voir où il en était. Lui et Eric Terrien. Ils sont très forts en downwind. Je me suis relâché un peu pour garder du jus sur la fin. Je suis très heureux. »

Titouan Puyo (vice-champion de France longue distance) : « Le vent était dans la bonne direction, pas le parcours. On aurait pu avoir une autre option. Après je ne jette pas la pierre sur l’organisation, qui doit avoir ses obligations. On a eu beaucoup de mal à arriver jusqu’à la porte. C’est dommage car on aurait pu avoir un beau parcours. Après c’était le même pour tout le monde. Bravo à Arthur (Arutkin), qui est parti au large. Moi j’ai suivi le bateau ouvreur. Il a eu la bonne option tactique, plus de terrain au vent. Il a bien négocié sa course. Il l’a mérite. J’en ai bavé. Je me suis dit, c’est de travers, c’est de travers… »

Eric Terrien (troisième longue distance) : « C’était très dur, très technique. Le plan d’eau était haché, il y avait un vent fort de côté. Je me satisfait de ma troisième place car un podium aux championnats de France n’est pas facile. Je suis déçu de me faire reprendre par Titouan Puyo sur la fin. J’étais deuxième une grosse partie de la course mais c’est la compétition. »

Céline Guesdon (championne de France longue distance) : « En regardant les directions, ça semblait être bon dans cet axe et on n’a finalement eu que du vent de travers, un vent très fort. J’ai fait une erreur en suivant le bateau ouvreur. J’aurais dû aller plus au large. C’était très physique. Je gagne mais je regardais quand même à droite et à gauche où étaient les autres. Et particulièrement la Calédonienne (Miranda Barrettea, ndlr). Mais je sais que j’ai encore beaucoup de travail à faire sur les choix tactiques et sur la glisse . »

 

CLASSEMENTS OFFICIELS

Messieurs

1. Arthur Arutkin (Le Grand Huit, Nord) en 1h21’44

2. Titouan Puyo (Big Bananas, N-Calédonie) en 1h23’13

3. Eric Terrien (JPS44, pays de Loire) en 1h23’31

4. Gaëtan Séné (WSA, Bretagne) en 1h23’45

5. Yoann Cornélis (Seven Island, Bretagne) en 1h24’14

6. Greg Closier (Tomahawk, Brest) en 1h24’36

7. Arthur Daniel (Belharra, Pays basque) en 1h25’13

8. Martin Letourneur (ESUSM, Bretagne) en 1h25’24

9. Vincent Verhoeven (ASC, Vendée) en 1h27’30

10. Dimitri Georges (Arawak, Guadeloupe) en 1h27’38

Dames

1. Céline Guesdon (Paddling in Antibes,) en 1h55’20

2. Melina Berretteau (Sup Calédonie, N-Calédonie) en 1h56’42

3. Cécile Gondre (JPS44, Pays de Loire) en 2h07’35

Moins de 15 ans garçons

1. Clément Colmas (ASPPT Nouméa glisse, N-Calédonie) 44’13)

2. Lois Chardebas (Surf club presqu’île)48’42

3. Jules Langlois (Planete surf) 51’08

Moins de 15 filles

1. Mélanie Lafenêtre (La Cigale, Marseille) 50’07

2. Ines Blatge (La Cigale, Marseille) 1h00’14

3. Emmy Haupert (Extreme, Bandol) 1h08’52

Photos

 
<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>

Page 1 sur 47