logo envsn

Actualités

Opération de sensibilisation par l'association Colosse aux pieds d'argiles

20190917 091258Ce mardi 17 septembre, les coordonnateurs de formations professionnelles et les entraîneurs accompagnés de leurs stagiaires ont participé à une réunion de sensibiliation aux risques de harcèlement, de pédocriminalité et de bizutage organisée par l'association Colosse aux pieds d'argiles.

Ces différentes thématiques ont été abordées de façon claire et sans détours déclenchant des débats et échanges.

L'objectif d'aborder ce thème encore tabou est de sensibiliser les futurs éducateurs à la lutte contre les violences sexuelles dans le sport, pour savoir repérer des comportements et aider les victimes.

Du point de vue des formateurs de l'ENVSN, ce genre d'opération est indispensable et pas seulement pour les formations d'entraîneurs. Ils souhaitent inscrire durablement ce type de sensibilisation pour les futurs formés.

Louis Giard, de passage à l'ENVSN entre deux rendez-vous internationaux

lg
Louis Giard, membre de l'équipe de France de planche à voile (avec Pierre Le Coq et Thomas Goyard) était de passage à l'ENVSN, pour une séance de préparation physique dans la salle de sport. Il revient tout juste du Japon, où il a remporté la médaille d'or sur l'étape de la coupe du monde qui se déroulait sur le plan d'eau des JO (Enoshima).

→Comment te sens-tu après cette belle médaille sur la coupe du monde ?

C'est chouette. J'avais fait 3è à Marseille au mois de juin (finale de la World cup) et puis je me suis bien préparé dans l'objectif d'Enoshima. C'est la récompense d'un été assez studieux, c'est toujours agréable pour un sportif de voir que le travail est recompensé.

On avait fait un premier stage de 2 semaines avec l'équipe de France en juillet à Enoshima, je suis ensuite rentré en France. J'y suis retourné pour la coupe du monde et ça a été une super semaine avec des conditions que j'affectionne. Il y a avait du vent et des vagues, conditions dans lesquelles je suis plutôt à l'aise. Une seule journée avec du vent assez léger...Je dois encore travailler pour progresser dans ce type de temps, mais en tout cas, j'ai des bonnes pistes de travail.

→Et le matériel ?

Il a bien tenu, je crois avoir trouvé des configurations qui sont bonnes, j'espère ne pas avoir de problèmes, surtout qu'on a le championnat du monde (Lac de Garde, Italie) qui arrive dans 10 jours. J'ai pris une petite semaine de repos au retour du Japon et là,  je reprends la nav' et la préparation physique pour être prêt, ça va arriver vite.

→Dans un bon état d'esprit ?

Oui, c'est sûr apres une victoire, on est toujours content. Il y a une dynamique super positive. Maintenant, au championnat du monde, il va y avoir plus de niveau qu'à Enoshima, plus d'enjeux pour certaines nations qui doivent qualifier leur pays pour les J.O. C'est vraiment une épreuve à enjeux et je pense que certains athlètes seront en sélection olympique. Il y aura beaucoup d'athlètes bien préparés, ça va être une grosse semaine. Je garde la tête sur les épaule, je sais que ça va être une épreuve difficile.

 

Le triple projet de Thomas Goyard

tg
Du 5 au 9 septembre, Thomas Goyard, membre de l'équipe de France de planche à voile, était à l'ENVSN. Il a accepté de répondre à quelques questions, en dépit d'un emploi du temps très chargé.

RETOUR SUR LE TEST EVENT

En tant que premier Français au dernier championnat d'Europe RS:X, Thomas a été sélectionné au test event (sorte de répétition générale des J.O.) qui s'est déroulé du 17 au 22 août à Enoshima. Deuxième avant la Medal Race, Thomas finit cinquième de la compétition.

Voici son analyse de cette semaine très particulière, avec un peu de recul :

"J'étais super heureux d'y aller en tant que premier Français. Je suis arrivé dans un état de forme moyen voire pas bon en raison de soucis personnels. Malgré cela, j'ai reussi à me mettre dans le match dès le début. C'était assez incroyable. La semaine s'est globalement bien déroulée jusqu'à la medal race. Le Chinois avait un peu d'avance, et sûrement parce que j'ai voulu faire trop bien, que le vent a un peu cafouillé au moment du départ, je me suis retrouvé un peu trop haut sur la ligne et sans même prendre l'avantage, j'ai grillé le départ.

J'avais fait un super début, j'étais en tête avant qu'ils m'arrêtent, j'aurais sûrement pu faire un beau résultat.

Ce qui est très encourageant, c'est la validation d'une bonne vitesse au planning qui me manquait un peu auparavant, la validation que je peux performer dans des conditions variées, en dépit d'un état de forme pas au top (j'ai aussi eu un torticolis). C'est hyper intéressant de voir que, même dans le dur, je suis là, c'est très positif."

 LE WINDFOIL

Tu es à l'ENVSN dans le cadre du DEJEPS réservé aux sportifs de haut niveau. Comment réussis-tu à concilier la formation et ton projet olympique, à moins d'un an des Jeux ?

"J'ai choisi de faire la formation en 2 ans. Je n'avais pas fait grand chose l'année dernière. En réalité, gérer les 2 ça va, c'est gérer les 3 qui est difficile. En effet, je fais aussi du foil (circuit PWA, coupe du monde de windfoil). J'ai des sponsors, des engagements à honorer. En plus, le foil sera peut-être aux jeux 2024, c'est donc important de se placer dès maintenant. Paris-2024, ça va venir très très vite.

Gérer les 3 projets, c'est un sacré défi, j'apprends plein de choses sur moi-même, la gestion de la fatigue, la gestion des temps forts et des temps faibles. Je passe mon temps à anticiper, programmer, aller de l'avant, ne pas attendre que les choses arrivent mais faire tout pour qu'elles arrivent."

LE DEJEPS

Les 2 jours de formation étaient super intéressants. On a appris plein de choses sur le management, les aspects financiers...J'enchaîne avec 3 jours de formation pour les entraîneurs windfoil. Ils sont 6, ils viennent d'un peu partout. L'objectif est de leur donner un maximum de billes techniques et pédagogiques, d'échanger et de répondre à leurs attentes.

Présentation de la formation :

 

 

 

 

 

Ecole Nationale de Voile et des Sports Nautiques
Beg Rohu
56510 Saint-Pierre Quiberon
Tel: 02-97-30-30-30  |  Fax: 09-72-52-56-98

logo ministere Fond Social Européen